28.1.06

Silversun Pickups - Kissing families

Silversun Pickups - Kissing families (wmp)

Silversun Pickups est un groupe de Los Angeles signé sur Dangerbird Records (tiens tiens...) et membre de The Ship Collective (au même titre qu'Irving). Jolie carte de visite.
Silversun Pickups sonne un peu comme Modest Mouse. En gros ça doit être du rock.
Kissing families, noise tendu et amer, deux voix qui se répondent, des cordes qui traînent, des traces de Nirvana (ouais), une pincée de shoegazing. Un bon morceau, ou pas.

Nikki Monninger, la bassiste, ressemble vaguement à Kim Gordon. Voilà donc une bonne raison de se pencher sur la vidéo, triviale mais bien ficelée.
Après un premier EP sorti au beau milieu de l'année dernière, le groupe travaille actuellement sur son premier album.
Enfin bref.

24.1.06

Semifinalists - Show the way

Semifinalists - Show the way (wmp)

He was there. He's losing his edge but he was there.
Ouais tiens, je vais commencer par remercier Nicolas, qui poste tantôt le remix (signé Justice) d'un morceau des Mystery Jets (chez Mystery Jets, le chanteur/percussioniste est le fils du guitariste!!), tantôt le remix introuvable de Take me out par Hot Chip, et qui entretemps me fait découvrir Semifinalists. Merci mec, donc.
Le clip maintenant. Bon, j'écrirais bien que j'ai rarement vu une vidéo où les images collent aussi bien au morceau, à l'ambiance du titre, ouais j'écrirais bien ça ce serait pas mal, ce serait vrai en plus. Ah et puis la nature, les arbres tout ça j'aime bien, ça fait un peu British Sea Power pour minettes, ouais voilà, une belle métaphore c'est ça qu'il me faut. Sinon quand je vais parler du morceau je vais utiliser les mots "onirisme" et "bucolique", trop bien. Après je raconterais n'importe quoi, de toute façon sur I was there il a dit qu'avec ce morceau les inconditionnels de The Darkness devraient s'y retrouver, et puis il y a un mec sur leur page myspace qui a écrit que c'était le meilleur groupe de shoegazing depuis My Bloody Valentine, donc genre je vais les comparer à La Bande à Basile, de toute façon on n'est plus à une connerie près. Il ressemble vachement à Bob Saget quand même le batteur. Ah, ils sont signés sur Dangerbird Records Semifinalists, comme Joy Zipper. Je vais en parler aussi tiens, ça fera des lignes. Cool.
Il va être bien ce post.

14.1.06

Mosquitos - Far Away

Mosquitos - Far Away (qt)

Janvier c'est moche.

13.1.06

Quiero Club - No coke

Quiero Club - No coke

En Suède on fait de la pop (Tom vous l'expliquera mieux que moi). Au Mexique on fait n'importe quoi.
Happy-Fi records: jeune label, quinzaine d'artistes, Monterrey, Mexique.
Quiero Club: groupe monté en vitesse autour d'une guitare (fils caché de Johny Depp et de Robert Smith) et d'une batterie, six membres, deux filles, un houla-hoop, deux ananas, et un bicross. Beaucoup de whisky aussi.
"Syndrôme de Pavement": son enregistré à la truelle, looks d'étudiants quadruplant leur première année de socio, morceaux sans queue ni tête...
"Syndrôme d'Old Jerusalem": groupe à audience très limitée. Très. Parfois deux auditeurs tout de même, quand je pense à faire écouter la chose à ma mère.
"Syndrôme d'Hot Chip": conjugaison des syndrômes de Pavement et d'Old Jerusalem. Devenu "Syndrôme de Quiero Club" depuis que Quiero Club est devenu mon groupe préféré de tous les temps.
La vidéo est un régal.
Un centième post de qualité.

10.1.06

Plan B - No Good

Plan B - No Good (qt)

Bon donc en 2005 Sufjan Stevens et l'internet ont gagné. S'il fallait compléter le podium, j'ajouterais Paul Epworth.
The Futureheads, Bloc Party., The Rakes, Maxïmo Park, Babyshambles: en 2005, Paul Epworth a produit tellement de classiques pour radios lycéennes que quelques ados en transe risque fort de lui sacrifier une centaine de boeufs avant la fin de l'année prochaine.
Panacée pour les uns, choléra pour les autres, Paul Epworth a au moins le mérite de ne jamais avoir sombré (pour l'instant) dans la facilité, allant même jusqu'à se mettre en danger et traîner dans les recoins les plus hip-hop de 679 recordings. Là, loin du son post-post-post punk dont il connait désormais toutes les ficelles, Paul Epworth a travaillé avec Kano (protégé de Mike Skinner) et Plan B.
D'où cette jolie vidéo, de l'image par image qui ne vaut pas Baby C'mon mais qui meublera agréablement vos longues soirées d'hiver. Pour l'anecdote, le morceau en lui-même commence sur une bonne idée mais devient vite pénible. Très.
Bonne année.