10.4.07

Blonde Redhead - 23



L'arrière-boutique de la Superette n'est pas bien reluisant. En coulisses, tout n'est que lutte d'influences, mensonges, coups bas... Tenez, ce matin, je recevais un mail du patron de la boutique, Caissier. Dans des mots crus, empreints de misanthropie, il brocardait notre charmante caissière Elise, lui reprochant d'avoir fait référence au poète romain Virgile dans un post sur Cocorosie. Caissier tombait alors dans un populisme anti-élites rappellant les égarements de François Bayrou : "On dirait qu'elle n'écrit que pour des khâgneux !".

Puisqu'on n'a visiblement plus le droit de citer des écrivains sur ce blog, voici quelques vers de Michel Houellebecq, histoire de montrer mon désaccord avec le grand timonier Caissier : "Maintenant que nous vivons dans la lumière/Maintenant que nous vivons à proximité immédiate de la lumière/Et que la lumière baigne nos corps/Enveloppe nos corps/Dans un halo de joie/Maintenant que nous sommes établi à proximité immédiate de la rivière/Dans des après-midis inépuisables".

Et voilà en quelques mots résumés ce clip de Blonde Redhead. Cinématographiquement, on n'est pas dans la performance, juste dans un "beau" modeste, une vidéo réalisée avec l'argent récolté par une semaine de performance dans le métro, tout au plus. Mais ce n'est pas grave car la chanson est magnifique (un des meilleurs titres de 2007, je vous le dis).

Alors on fait comme tout le monde, on lance la vidéo et on vaque à d'autres occupations, juste pour garder la douce mélodie de Blonde Redhead. Et on s'imagine assis au soleil, un après-midi chaud. On s'endort un peu, on rêve de filles avec des chevelures pas possibles et puis on se réveille, un peu vague. 23 de Blonde Redhead, c'est précisément le moment où on rouvre les yeux et que les lentilles collent un peu à l'oeil, baignant les choses dans un halo de joie. Dans des après-midi inépuisables.

8 commentaires:

Gonzo a dit…

"On s'endort un peu, on rêve de filles avec des chevelures pas possibles et puis on se réveille, un peu vague."


Vincent, tu es magnifique.


Gonzo et Elise

A demain pour l'after show de !!!

Elise a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
caissier a dit…

Chère Elise, méfie toi de ce Vincenzaccio, qui déforme la réalité. Je ne lui ai en aucun cas envoyé de mail, c'est lui ce fourbe, qui a engagé la conversation sur ce sujet, après avoir reçu une missive de Florence/Toscane.

caissier a dit…

à part ça, "un des meilleurs titres de 2007", heureusement non.

tonne a dit…

hmmouais, c'est mou duj'.

Gonzo a dit…

Vincent dit toujours "déjà le meilleur titre de l'année", c'est purement de l'escroquerie.

Tout le monde sait que le titre de l'année c'est loser des plastiscines

tu n'es qu'un loup...


...

désolé

Anonyme a dit…

beau et flou, oui, très bons libellés. c'est le genre de chanson qui berce et apaise(à moins que ce ne soit le clip? qu'importe après tout, c'est l'éternel débat sur la poule et l'oeuf: est- ce de telles images qu'ils avaient en tête quand ils ont écrit cette magnifique chanson? ou alors est ce que ce clip est la capture de ces émotions que fait naître la chanson, cette nostalgie heureuse, ces souvenirs qui amènent pour un instant un vague sourire)..

audiomichto a dit…

Ce morceau n'est pas franchement représentatif de l'album je trouve... il y a ce riff pompé à My Bloody Valentine, cette mélodie un peu Mylène Farmer, c'est pas du grand Blonde Redhead. J'ai ma petite préférence pour "SW" ou "Top Ranking" qui font carton plein.