26.6.07

Catherine Ferroyer-Blanchard - Chanson d'Amour

Un grand classique de rayon: l'invité de la superette. En quoi ça consiste? C'est très simple, tu es un lecteur de la superette, un clip récent te tient à coeur et tu t'exclames de ne pas le voir apparaître dans les rayons de ta superette préférée, alors tu prends contact avec la superette, éventuellemnt un dialogue s'instaure puis accouche d'un accord mutuel. Tenez, Crame de Mort Aux Jeunes a pris contact avec nous. Alors il est notre invité.


Dans les bois, on finit toujours par te retrouver avec ta robe à pois. S’il te plaît, reviens, ne me quitte pas, ou alors d’accord. « Au fond comme toi je suis seule, mais attention, ça n’est pas grave. » Dans l’enfance imaginaire,rien n’est grave. Dans l’enfance imaginaire, on sautille dans les prés, on porte des bretelles, on est bien éclairé par le soleil. On approche vaguement un micro unplugged de ses lèvres immobiles et ça signifie déjà chanter des chansons.

Le clip est réalisé par Yoann Lemoine dont les films sont des albums à feuilleter. En tant que live dancer de Catherine Ferroyer-Blanchard, j’aurais pu figurer dans ce clip, mais ma collection de bermudas était trop short. « Chanson d’amour » est sortie sous forme de cassette deux-titres uniquement. (Cela implique : le support cassette audio est back dans les bacs.) Dans l’enfance imaginaire, le walkman est vissé à la ceinture.

Crame.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

je ne comprends absolument pas l'egouement autour de catherine ferroyer blanchard. Quelqu'un peut-il m'expliquer?

Anonyme a dit…

Oui, je le peux. Elle renouvelle l'électro à qui on a fait rendre gorge un peu trop vite, en y glissant pas mal de l'héritage surréaliste ; elle réincarne la désinvolture profonde à la française : mix de douleur et de port altier. D'une certaine manière, elle apporte de la lumière sur nos vies composées d'instants parfois maussades, qu'elle exorcise au passage. Cette artiste est forte et j'admire son talent.