3.7.07

Yung Joc - Coffee Shop (Feat. Gorilla Zoe)

Coucou c'est l'heure de l'invité de la superette. Aujourd'hui, iDiBi de Fluokids (un mp3 blog) répond chaleureusement à notre invitation. Nous sommes très touchés. Qui d'autre demain peut-être?


Quand Caissier de la Superette m'a dit "Yo ça te dit de faire un article pour nous", j'ai un peu exulté dans ma tête genre "AH je vais enfin pouvoir faire un post catharsys/thérapie sur les clips de Cryin' et Crazy d'Aerosmith, les clips qui, lorsque j'avais 8 ans, devant Music Family sur RTL, m'ont fait croire que l'adolescence c'était des semilesbiennesbisousbisous (Alicia Silverstone) dans des Cadillacs, que l'adolescence ce serait des filles dans des photomatons et que le bandana autour du poignet avec un bermuda en jeans (sans oublier les franges homemade pendant les cours) demeureraient indémodables. Cependant, j'ai remarqué de justesse que Caissier a écrit YO dans son message , je dois donc vous parler d'un clip de rap. C'est comme ça, la crédibilité de la rue c'est plus important qu'Alicia Silverstone qui se fait un piercing au nombril.

Si mettre des filles sur sa bannière était moins vendeur, nul doute que Young Joc serait présent sur la bannière de la Superette. En effet, Young Joc est certainement l'archétype du rappeur dont les clips restent plus intéressants que ses chansons en elle même, sisi je vous assure. Son premier single "It's going down" avait pour seul intêret le passage de la Motorcycle dance qui fit fureur de Atlanta jusqu'à Saarebrucken. Imagine maintenant cette chanson sans le clip quand Young Joc te sussure DO THE MOTOCYCLE DO THE MOTOCYCLE, et que tes amis hébétés ne savent que faire et commencent à imiter la 103 SPx pot ninja polini, façon beat box.

Deuxième single "Coffee Shop" , là clairement Young Joc nous fait comprendre que le rap c'est juste un loisir comme le badminton ou le (young) Jokari , LUI IL VEUT ETRE ACTEUR. Regarde la petite étincelle dans ses yeux (la même que quand il a reçu son premier doo rag) quand il se déguise en renoi de Barcelone (avec un mullet quoi), en papy hustler et dans le running gag "Et je vais ièche ièche yo, dans mes teuchios ! Tu te demandes ce que j'ai damé c'était pas des faillots" comme dirait TSN. Young Joc a même fait de la muscu avec Timbo pour jouer dans des films avec Steven Seagal comme Ja Rule. A la fin du clip t'as juste envie de crier HELL THIS IS A PREVIEW OF LE PROFESSEUR FOLDINGUE 12.

Au final : une vraie fanfare, des jantes plus grosses que ta clio, un mec en feat qui s'apelle Gorilla Zoé, des choeurs d'enfant très roc-a-fellien (ou justicien pour plus coller à l'air du temps), le clip de coffee shop est aussi convivial qu'un instant nutella avec Youri Djorkaeff et surtout nous montre qu'il y a des coffee shop encore mieux que le Peach Pit et avec une meilleur morale qu'un épisode de Beverly Hills à la fin. Respect. Merci. (Et regardez les clip d'Aerosmith).

iDiBi.

6 commentaires:

redhotcar a dit…

en un post idibi mets la superette au chômage.

caissier a dit…

j'ai vécu à peu près la même chose avec les clips d'aerosmith.

à peu près

Vincent a dit…

en un post, idibi quitte fluokids pour la superette.

sonny venice a dit…

The best...

Mondy a dit…

'tain on dirait un film d'eddy murphy ce clip avec le rappeur qui se déguise en nain, ou en vieux, ou en gros gérant du fast food (ou coffee shop je sais pas...)

hianta a dit…

je t'aime idibi.