5.12.07

Apparat - Fractales I & II

Ce post est dédié à Georges Forestier. Merci Georges.


Cette vidéo a d'autant plus sa place sur le banc des élus de la Superette qu'elle revient de très loin. J'ai toujours aimé la parabole de l'enfant prodigue et le morceau accumulait nombre d'éléments rédhibitoires qui auraient pu m'en détourner sans autre forme de procès. Je nourris en effet une aversion particulièrement vive envers tout ce qui s'apparente à la monotonie, autant dire que la soupe electro-ambient (pas taper) d'Apparat souffrait d'un handicap majeur.

Mais c'était compter sans la magie du clip. Or j'en ai, force m'est de l'avouer, rarement vu d'aussi beau. Malgré la disjonction très forte entre les deux univers explorés, onirique et fantastique d'une part, futuriste et technologique d'une autre, l'esthétique globale atteint une quasi-perfection et les dichotomies internes se résolvent dans les différentes lectures qui nous sont données de la fractale. Résurgence infinie d'un même motif à travers plusieurs échelles, elle motive l'apparition du merveilleux, se déploie dans un chatoiement moiré, et se joue de l'architecture tant de la ville que du rêve.

Bref, il y a un humain à tête de cerf et cela relève à tel point du sublime kantien que je suis parvenue à la toute fin de l'opus et que vous en ferez de même. Notez bien que cet exemple propice à l'étude tératologique présente une différence de taille avec l'homme à tête de lapin, qui est cauchemardesque. Ici, les lapins sautillent en remuant du pompon, on est en territoire familier et tout va bien. Sinon j'ai l'intention de briguer une épreuve "Commentaire de clip" à l'agrégation de lettres modernes, merci d'avance pour vos lettres de soutien.

7 commentaires:

Crame a dit…

Ecoute en fait je te soutiens dans ton truc de lettres modernes parce que tu rends les choses un peu plus intelligibles.

Mais still, je ne comprends rien. Et l'esthétique correspond pour moi à ce que tu qualifies d'"electro-ambient" appliqué à l'image, du langage visuel de publicité pour voiture ou pour téléphonie, avec des petits éléments qui volent dans l'air urbain fabriqués par la technologie du moment, de la ringardise pour dans cinq ans. Et en plus, tout ça pour façonner un lampadaire !

Eh puis pourquoi il y a une meuf qui se fait défoncer par un véhicule ?

La seule chose que j'aime (mais là encore, c'est pas super original), ce sont les plans qui mélangent homme à tête d'animal, animaux réels et figurines d'animaux. J'adore les mélanges d'incarnations animales et je rêve de trouver un dessin du Journal de Mickey où Donald et Daisy donneraient des miettes de pain à des canards.

Merci pour tout.

Nicephore a dit…

La pub c'est beau

caissier a dit…

"rire"

Coline a dit…

ce commentaire est dédié à Elise. Merci elise, tes clips, et ce que tu écris à partir d'eux, et de m'avoir remercié d'avance pour cette lettre de soutien que je te fais présentement quant à l'agrégation clipesque.

Je ressens à l'égard de ce clip la même sensation que la caissiere qui le commente, le texte lance le charme, et la magie des images m'envoute.

Elise a dit…

Comment t'es trop une poétesse contemporaine Coline...

Jean-Benoit a dit…

ça mériterait un slam...

Jüül a dit…

Médiocre.

La moitié du clip est une série de +C/+V détruisant consciencieusement la cohérence originale du clip réalisé pour "Fall of Antioch" de µ-Ziq — http://www.fallofantioch.com/movie.htm -, lui-même étrangement similaire à cette video de Pleix pour "Sometimes" de Kid 606 — http://www.youtube.com/watch?v=GGnHEMM3OH4.