5.12.07

Chromatics - In The City

Aujourd'hui avant de quitter le bureau pile à l'heure, j'ai utilisé la broyeuse à papier, comme tous les jours. j'adore faire ça, c'est excitant, je me projette dans mes livres d'histoire: je suis un fonctionnaire de Ceausescu, les temps sont durs, la rue gronde.


Quand je broie ces précieux documents, j'enroule ma cravate avec soin autour de mon coup, comme une écharpe. Mon chef m'a prévenu, des gens se sont étranglés il y a quelques années à cause de cette machine infernale. Il faut bannir toute négligence et surveiller les gymnastes adolescentes.

le clip de Chromatics que m'a présenté Elise notre caissière il y a peu, a causé chez moi comme une sorte d'effroi. Là encore je me suis projeté dans un passé qui ne m'appartient pas, mais que je me suis approprié, comme dans mes rêves. Je ne vais pas attendre mon anniversaire. Je suis là, en retrait, je regarde la fumée s'échapper de ma bouche, je ne fais pas de bruit, il ne faut pas qu'on me remarque.

3 commentaires:

Elise a dit…

Je suis contente que tu aies chroniqué ce clip puisque tu le fais mieux que je n'aurais pu le faire. Le petit déplacement temporel que tu opères est jouissif et tu me rappelles que j'ai un article à lire sur l'ouverture des archives en Roumanie.

Anonyme a dit…

Salut,

Je suis tombé sur ton blog par hasard, et quelle découverte!
Je faisait une recherche sur la dictée magique et je tombe sur une chronique de Dopplereffekt (je regrette encore de m'être fait piqué les cd il y un bout de temps)!!
Bref félicitations pour ton blog et je ne connaissait pas du tout Chromatics mais vraiment mortel!

Pour la petite histoire je viens de terminer un clip avec des potes (Largo de Brighton pour le son et Aaron F de Bruxelles pour les images) pour un morceau qui s'appelle Dictée Magique, il est d'ailleurs en ligne sur dicteemagique.com et on essaye de le diffusé et le partager le plus possible en ligne. Hésite pas à aller y jeter un petit coup d'oeil et a nous laissons une marque de ta patte dans le guestbook...

A bientot pour de nouvelle lecture,

Arno

caissier a dit…

okay