13.12.07

Friendly Fires - Paris

Je capitalise sur les libellés de la superette, c'est notre signalétique, notre police, notre carte de visite, notre calendrier de nouvelle année, notre post-it, notre boule à neige, notre archivage maison. Et c'est une affaire beaucoup plus sérieuse qu'il n'y paraît. Tout au moins cela le devient à partir d'une occurrence.


James Price est un libellé de la superette, un libellé à plusieurs occurrences, c'est dire le degré d'importance qu'il revêt. Outre un simple libellé méthodiquement rangé dans la colonne sur votre droite, James Price est aussi un réalisateur que vos caissiers affectionnent.

Va on fait un point ensemble, comme au bureau avec le chef: pour Simian Mobile Disco il réalisait un clip d'animation à la frontière des 2 dimensions, où il faisait bon se jouer des couleurs. Plus tard il jetait son dévolu sur l'obturateur et c'est Lost Pinguin qui en faisait les frais. Puis un courte saison s'est écoulée, à peine le temps pour nous de grandir qu'il se rappelait déjà à notre bon souvenir en réhabilitant les pop up books. Ces dernières semaines, on avait plus trop de nouvelles. Jusqu'à ce qu'on en sache plus sur son nouveau caprice: filmer une starlette aux fesses à demie nues (le point en image en cliquant sur le libellé James Price).

Aujourd'hui c'est la goutte d'eau qui éclabousse la figure, il célèbre les Friendly Fires qui eux célèbrent Paris. Quand j'étais petit, en ramassant les pommes à la Toussaint, je m'étais juré que jamais je ne vivrais à Paris. C'est année-là les pommes étaient acides.

2 commentaires:

Jean-Benoit a dit…

Il est très doué ce jeune homme...

Anonyme a dit…

Prométeur...