31.3.07

Hafdis Huld - Tomoko


Dans la mesure où j'ai décidé qu'en mars je ne m'exprimerais qu'en fonction de ce que posteraient mes collègues, je ne saurais que trop me réjouir du récent post de Caissier, notre chef à tous, sur Gus Gus. D'une parce qu'il est merveilleusement bien écrit (et que je suis prêt à flatter des kilomètres de chefs pour dominer l'univers du commerce de proximité), de deux parce que ce post est une formidable perche.
Et oui les amis, certains d'entre vous ne le savent pas encore, mais à l'époque où vous écoutiez Gus Gus vous étiez tombés amoureux d'Hafdis Huld, qui chantait sur certains morceaux du groupe (pour faire simple: les mieux). Elle avait une jolie voix, douce, sucrée, marquée d'un fort accent adolescent. Elle chantait comme une fille mignonne. Ce fut le coup de foudre, vous ne vous en êtes jamais vraiment remis.
Consciencieusement, vous avez alors économisez jusqu'à la moindre pièce d'un franc et vous vous êtes renseignés sur le prix des billets d'avion pour l'Islande chez votre voisin qui avait internet, tout en maudissant les limites certaines de votre minitel (qui vous avait par ailleurs bien servi pour consulter les résultats du bac et du brevet, avouez). Malheureusement le temps que la connexion 56k du voisin vous donne accès aux pages référencées par Lycos.fr, Hafdis Huld avait déjà disparu de la circulation.
Beaucoup d'entre vous en ont cassé leur pipe. Nous leur rendons hommage.
A ma connaissance il aura fallu attendre jusqu'à l'année dernière pour qu'Hafdis Huld réaparaisse enfin, à l'occasion de la sortie de son premier album solo, vendu comme celui de "la voix de Gus Gus" (voire "d'un des membres formateurs de Gus Gus"). Réapparition remarquable: outre une maitrîse impeccable des ficelles de la pop sucrée expédiée en 2:30, Hafdis Huld y fait montre d'une fraîcheur qu'on ne lui croyait plus permise. Certes, sur cet album comme en concert, elle en fait parfois trop, s'invente un personnage de fée à la candeur surjouée, mais force est d'admettre qu'en 2006-2007, après avoir survécu au démantèlement de Gus Gus, Hafdis Huld refile un sacré coup de vieux à ces anciens compagnons de route et à leurs morceaux au triste parfum d'eau de cologne et de sapin.
Alors oui, le post de Caissier était une formidable perche: il m'épargne un versus pénible et sans suspense tout en me donnant enfin (enfin!) l'occasion de poster la vidéo de Tomoko qui nous faisant tant défaut au rayon jouets. Me voilà donc réjouit.
Un petit mot d'ailleurs sur la vidéo, c'est dans mon contrat: nous avons à faire ici à un clip youtube. En gros, vous voyez la colonne de droite sur youtube? Celle avec les vidéos sur lesquelles on clique quand la fille a vraiment l'air mignonne ou qu'on s'emmerde comme un rat mort en Suisse romande, tout en sachant très bien qu'au bout de 30 secondes on va trouver ça pathétique de regarder une greluche faire du play-back sur un morceau des Pixies? Oui ok, vous voyez. Eh bien voilà, c'est ce genre là, sauf qu'Hafdis Huld en a fait un clip officiel, ce qui est plutôt concept en soit.
Mais alors c'est le concept le plus cheap que j'ai vu depuis la Game Gear.

Et Hafdis Huld c'est la brune.

29.3.07

Kasabian - Shoot the Runner

On en oublierait presque avec toutes ces conneries de rock jeu à la française, que les Anglais ont toujours huit ans d'avance… Dans la famille son vintage qui sent la bande, la fuzz, les sons caoutchoucs suintant les meilleurs moments des yeux plissés par la drogue, je prend Kasabian. Non pas les Naast, qui ont un son yéyé qui sent la fourchette en plastique dans un œil en bille de verre. Bien les Kasabian, le groupe de péteux anglais qui se prennent pour les nouveaux rois. Ils n'ont rien, sauf un son qui tue. Ils ont aussi un clip sympa, les Beatles dans leur sous-marin jaune pour une pub Ipod. Beau produit marketing, quand on a reçu ça à la Superette, je l'ai tout de suite montré au grand CEO, et il a dit "ah ouais, c'est cainri, tu peux pas les tester sur l'emballage, regarde là tu vois ? Fibre de carbone, belle bête. Maintenant va ranger les courgettes".

Le produit était anglais, et les courgettes étaient mises de côté pour la caissière, mais les couleurs étaient belles. Et dans le scintillement d'un reflet de PVC, j'ai vu la lueur d'une nouvelle ère psychédélique. Ou tu dansais en levant les bras, en criant mon nom dans un délai à bande passé à l'envers. C'était court, intense et cruel mais tu n'existais pas, pas plus qu'une nouvelle ère, pourtant tu reapparais à chaque fois que youtube se recharge.
Tire, toi.

28.3.07

Gus Gus - Moss


Avec tous ces groupes des années 90 qui ressortent des disques -ou qui n’ont jamais cessé, qui sait ?- je viens de réaliser qu'on est en 2007, par conséquent il est déjà 2010 moins le quart. Qui craque à 2010 moins le quart ? Gustave des Naast à Bordeaux ? Au passage quelqu’un peut-il m’expliquer cette sombre histoire, oui parce que je n’ai pas bien saisi, pêle-mêle je lis ici dans la presse « concert cauchemar à bordeaux », je réceptionne là dans ma boxmail un courriel type « le plus gros ragot de l’année », le soir j’allume la tv et le grand journal fait une reconstitution d’une scène édifiante, on croit comprendre que les jeunes rockeurs de Jointville-Le-Pont auraient été molestés par une partie du public lors d’un concert en Aquitaine, qu’un coup de fourchette (en plastique ou pas ?) aurait été asséné, tandis qu’un mineur serait blessé à l’œil (source : Sud Ouest) Je ne comprends plus rien à 2010 moins le quart.

Gus Gus à 2010 moins le quart donc. Oui le groupe multiforme et arty de la fin des années 90, à l'époque futuriste auteur de l'inoubliable pop acid house "Believe" dont on ne se lasse pas de regarder le clip, est de retour en 2007 avec un nouvel album.
Gus Gus toujours islandais, néanmoins devenus simple trio, jettent leurs dernières armes dans la bataille, malheureusement ils manquent de munitions. "Moss" me plaît, il sonne Gus Gus mais manque cruellement d'envergure et d'ambition, quant aux autres titres écoutables sur le myspace du groupe, ils sont peu réjouissants. RIP.
"Moss" est un clip libellé animation, destiné aux amateurs du genre.

Dan le sac vs. Scroobius pip - Thou shalt always kill


Quand on est DJ et qu'on s'appelle Dan le sac, on a peu de chance de faire carrière en France, et probablement de faire carrière, tout court. Trois options s'ouvrent alors : soit on tombe dans la drogue, soit on fait des compos pour un mec genre Kamini, soit on a plus de chance et on tombe sur un MC qui peut refaire le coup de Losing my edge (LCD Soundsystem) mais version british, avec deux blagues à la ligne et l'accent dégueulasse de The Streets.

Dan le sac a donc rencontré Scroobius pip, un barbu à l'air marginal et au pseudo tout aussi marginal. Et son nouvel ami Scroobius, nonchalant, écrit une chanson Thou shalt always kill comme ça pour essayer. Et bam, les paroles les plus drôles du Royaume (depuis le premier single de Mr Bean) : des punchlines genre "Thou shalt not think that any male over the age of 30 that plays with a child that is not their own is a peadophile. Some people are just nice" ou " Thou shalt not make some noise for Detroit". Les blogs MP3 se régalent : enfin un groupe où t'as pas besoin de te faire chier à écrire un post, suffit juste de copier-coller les paroles. YouTube aussi se régale : le lien vers la vidéo s'échange sous le manteau et fait monter les enchères. Bref, c'est un hit.

C'est à ce moment là que je me dis "mince, je suis la Superette, j'aurais dû parler du clip". Et puis non.

26.3.07

Twisted Charm - Boring Lifstyles


Twisted Charm est un groupe anglais qui utilise le saxophone. Ils seront en concert à Paris au Point Ephémère avec le dit saxophone. D'ailleurs ce "Boring Lifstyles" ressemble un peu à du Liars mais avec un saxophone.

Le clip est tout en animation ainsi que l'atteste la capture ci-dessus, il a été réalisé par Snazzy Snail TV, en revanche je n'y vois pas la moindre référence à l'instrument en cuivre évoqué ci-dessus.

Twisted Charm sont signés sur because, label qui n'avait pas encore en son sein de groupe jouant avec des accessoires à vent finalement.

22.3.07

The Boy Least Likely To - Be Gentle With Me + The Research - Lonely Hearts Still Beat The Same

Hier, la Superette vous a offert deux clips. Elle l'a fait parce qu'elle vous aime et parce que c'était le début du printemps, période propices aux promotions les plus fantasques (c'étaient soit une promo vidéos soit une promo endives, avec en roue de secours une promo salons de jardin imitation bois, même si en vrai ceux-là on compte les sortir à Pâques).Et alors toute l'idée de ce post est partie de là finalement. De ces deux vidéos, là.

En fait ce qui s'est passé c'est que j'ai d'abord regardé celle de Golden Dogs. Au passage je trouve que ça sonne préfabriqué "Golden Dogs", ça sonne "Noms de groupe pour les nuls", genre on t'a appelé Kawena parce qu'on avait strictement aucune imagination et qu'un jour ton père est tombé sur un dictionnaire des prénoms hawaïens, on est vraiment désolés, ton chiffre porte-bonheur est le 3, ta couleur le mauve. Mais bon, le clip est pas mal, et j'ai trouvé l'accroche de Vincent drôlement marrante parce que "l'indie clean" m'a poussé à relire, un sourire en coin, l'article sur feu "l' indillinoise", et j'ai fini par conclure que ouais vraiment, ce mec est un concept à lui tout seul. A ce stade là j'ai pensé à Jacques Séguéla et puis j'ai lu "manifeste esthétique de l'indie-clean" (c'était à propos de la vidéo, l.8, on note une allitération). Or, cette seule formule a exhumé de ma mémoire The Boy Least Likely To, caricature à peine croyable de twee pop, et sa vidéo de Be Gentle With Me (genre, le titre). Des arbres, des marionettes, une jolie fille, et un mec chevelu à la maladresse touchante: tout y était déjà. Et il était pas si mal ce morceau, dans le genre pop gentillette.
Enfin bref, ça m'a donné envie de la poster cette vidéo, en hommage aux gens qui dessinent des coeurs au bic sur leurs converses, portent des barrettes fluos, ont adoré Virgin Suicides et sont des filles de 15 ans ou aspirent à le devenir. En plus à la fin il y a une chute.

Après j'ai vu que Caissier avait lui aussi posté un clip, et le titre du morceau de Joakim m'a immédiatement fait pensé au Lonely Hearts Still Beat The Same de The Research, caricature à peine croyable de casio pop, dont la vidéo m'avait relativement plu l'année dernière, à tel point de relativité d'ailleurs qu'à l'époque je ne l'avais pas posté. Et donc après j'ai cherché à savoir ce qu'était devenu le groupe, parce que je n'avais pas grand chose à faire de mon après-midi.
Alors pour ceux que ça intéresse, le 11 janvier, on a pu entendre "Lonely Hearts..." dans un épisode de Grey's atonomy, la série avec des médecins. Le groupe nous souhaite une bonne année à tous et nous suggère de s'inscire à sa mailing-list pour savoir quels sont ses plans pour 2007. The Research va bientôt commencer l'enregistrement de son deuxième album et, fort heureusement, celui-ci ne devrait pas être perturbé par le fait que Russel se soit cassé le wrist récemment. Quelques concerts en mars, avec The Cribs:
March 6th @ Brudenell Social CLub, Leeds
March 8th @ King Tuts, Glasgow
March 9th @ Cornerhouse, Middlesboro
March 10th @ Escobar, Wakefield
Quelques nouveaux titres sur myspace ainsi qu'une vidéo récente, mais je préfère poster celle de Lonely Hearts... parce que finalement elle est assez jolie, qu'elle est l'oeuvre de la chouette équipe de Minivegas, et que de toute façon elle ne dure que 2:40 alors bon ça va vous allez pas chiâler.
A part ça j'ai trouvé le texte de Caissier drôlement marrant parce que sa fiche de lecture du "Que sais-je (1715): Le Mariage" m'a poussé à relire, un sourire en coin, quelques commentaires de la Superette sur le myspace de Daring Darling Stories, et j'ai fini par conclure que ouais vraiment, ce mec est une private-joke à lui tout seul. A ce stade là j'ai pensé à Soboul et à cette idée de comprendre la Révolution Française avant de la penser qui avait renvoyée Furet jouer aux billes, et c'est alors que je me suis mis à taper un post trop long.

21.3.07

Joakim - Lonely Hearts


Le clip de "Lonely Hearts" réalisé par Camille Henrot rend hommage au mariage, une excellente occasion de faire un petit point sur la question.

En France pendant des siècles le mariage est un contrat informel ne nécessitant pas la présence d'un prêtre mais à partir du Concile de Trente en 1563, pas de curé, pas de mariage, même pas à Las Vegas, on jette alors l'opprobre sur le concubinage. As-tu une concubine? Un concubin? Vous êtes-vous déclarés comme tel auprès des A.P.L? Il n'empêche c'est du pain bénis pour les historiens, car qui dit contrats de mariage, dit registres de mariage, et hop archives. En plus ces registres sont super bien tenus par les clercs, qui ont beaucoup de temps pour eux tu m'étonnes, à condition que ces précieux documents ne brûlent pas pendant la Révolution.
Justement à partir de la Révolution (qui voit naître le mariage comme rite civil), commence la formidable histoire du divorce. Oui parce que dans le clip de Joakim on ne voit que joie, bonheur, jouissance et pourtant aujourd'hui et ce depuis une grosse décénie, le nombre de divorces représentent tout de même le tiers de celui des mariages.
Et le divorce je ne vous apprend rien, est un phénomène très récent. Une loi de 1792 l'autorise, rapport à l'euphorie des Lumières, mais c'est pas trop la mode en fait, de toutes façons la loi Bonald y met un terme en 1816, bah ouais c'est la Restauration, terminé de faire les malins, couper des têtes de roi tout ça. Il faudra attendre 1884 avec la loi Naquet, pour pouvoir s'affranchir d'un mari alcoolique qui traîne ses guenilles dans les bars du canal de l'ourcq, mais c'est peine perdue puisque pour qu'il y ait divorce il faut qu'une faute soit reconnue, or chauffer le zinc dans les cafés ça ne constitue en rien une faute. Bref c'est seulement en 1975 qu'une loi créé le divorce par consentement mutuel. C'est chaud.
Ce post séminaire de mémoire-like est dédicacé à all that we want.
A part ça Joakim a sorti un nouvel album Monsters & Silly Songs, il a plutôt bonne presse, je ne l'ai pas encore écouté mais j'ai vu le clip de Lonely Hearts, pas vous?

Golden Dogs - Construction Worker


L'autre jour, une (très) proche raillait ma coupe de Strokes fatigués et mes chaussures Veja commerce équitable. Dans un sursaut théorique, elle osait alors le terme "indie clean" pour décrire ces gens qui, comme moi, écoutent du rock indé américain, se lavent les dents tous les jours et fantasment sur les meufs American Apparel de la homepage de Pitchfork. Indie clean ? Ouais, pourquoi pas. Au moins, par rapport à fluo kids, c'est pas une marque déposée par une multinationale du dentifrice.

Je raconte ça parce que s'il faut définir un manifeste esthétique de l'indie clean, je vote pour cette vidéo du groupe Golden Dogs. Des mecs chevelus qui vibrent comme lors de leur premier baiser, une bonne meuf avec une bonne voix, du dessin enfantin, des arbres, tout y est. En plus, la chanson est vraiment bien, vraiment catchy pour vos oreilles habituées à la médiocrité moyenne du Shuffle iTunes.

En ce qui concerne le groupe, depuis que j'ai découvert last.fm, je suis devenu paresseux en biographie de groupes, alors voilà un copié-collé de last. "The Golden Dogs are an indie rock band from Toronto, Ontario. Their latest album, 'Big Eye Little Eye' was released on August 15, 2006". Et voici la traduction Google en français pour ceux qu'ont pas fait Erasmus. "Les chiens d'or sont une bande de roche d'indie de Toronto, Ontario. Leur dernier album, 'grand oeil peu d'oeil' a été libéré le 15 août 2006".

La version .mov pour les esthètes.
Via Antville.

20.3.07

Groove Armada - Get Down


Eh Groove Armada sort un nouvel album et je te vois baby (facile) tu es contente, tu trouves que je suis monsieur bonne nouvelle. Le disque sera disponible le 7 Mai.
En fait la vraie bonne nouvelle, c'est ce clip débile qui met en scène des lapins acteurs et danseurs dans des clips. Ca danse super bien un lapin, et ça sait faire d'autres trucs. Néanmoins, le lapin si tu l'invites, méfie-toi qu'il ne ramène pas tous ses potes sans prévenir. C'est bien de ramener des potes, ya plus d'ambiance, il peut y avoir des lapines, peut-être même celle que t'avais vu chez jojo (lapin), mais bon eux pour la plupart ils ne te connaissent pas alors ils en ont rien à foutre de ton matos, de ta moquette, de tes chiottes, bref de toi, de toutes façons tu ne les reverras pas, ils le savent très bien, donc fais attention, ne te laisse pas déborder.

Allez, en bonus la version originale de "I See You Baby", soit le "Call On Me" de mon enfance. Et il ne s'agit pas de la version 2000 de Fat Boy Slim que tu écoutais dans ton MD à eurodisney en dévallant space mountain, nan l'originale.
Tu as plus de 18 ans.

Clarky Cat - Sightline



Les Clarky Cat pourraient être les lauréats du prix du 10 000ème clip posté sur YouTube sous le tag "nu rave", de celui de la chorégraphie simpliste et vaguement ridicule à la Ok Go ! avec un petit gros qui profite d’être planqué dans un coin pour prendre des initiatives (i.e. bousiller la synchronie), de celui du port de bretelles le plus manifestement répréhensible. Un groupe à fort potentiel de winnabilité donc.

Cools comme les Hadouken ! et stylés comme les Lost Penguin à moins que ce ne soit l’inverse, les Clarky pratiquent à leurs heures perdues le lancer d’éclairs en polystyrène fluofluofluo, façon Klanguage. En moins acrobatique. Ceci pour prévenir la prévisible désaffection des chantres de l’absolue originalité, des éternels blasés, des insatiables affamés de nouveauté. Qui réaliseront dans 4 mois, face à la scène du ParisParis et au fait accompli, qu’ils ont loupé les débuts d’un très bon groupe. Alors nous, sympas comme tout, on leur donne l’occasion de se récrier que siiiiiiiiiiiii bien sûr ils l’ont vu sur la Superette avant tout le monde.

Sinon le clip a été réalisé par ReallyUrbanFilms, soit d’illustres inconnus. Mais un coup d’œil avisé de temps en temps, histoire de surveiller, on ne sait jamais…

TV on the Radio - Province VS Fergie - Fergalicious

J'étais parti pour écrire huit pages sur Fergalicious de Fergie, mais le clip a trois mois et le grande CEO qui nous dirige m'aurait suspendu pour cinq jours. Alors j'ai pleuré et enlevé les couleurs, les bonbons et le body vicious de cette fausse blonde pour le gris sobre du Province de TV on the Radio.
Mentionné par énormément de blogs comme l'album 2006 de référence, le dernier TV on the Radio, va aussi loin que celui d'avant, c'est à dire pas très loin. À côté du bureau, entre un kleenex et une pile pour la souris bluetooth qui perd la vie toutes les deux semaines. Jolie objet, mais avoue, quand Itunes décide de te le mettre, tu zappes ? Avoue ! Avoue que tout ce qui est chiant, t'as pas le temps ! Et t'as bien raison, TV on the Radio est réservé à ceux qui connaissent la date du jour, presque l'éphéméride, bref ceux qui aiment voir passer le temps.
Difficile de dire du mal de ce groupe tant leur son est original (et répétitif, oups), puis ils sont new yorkais et noirs en plus, alors c'est super, t'approuves, mais t'achètes pas.

Au fait le clip est bien, sauf que je voulais poster sur Fergie, ça m'excite les bonbons et les obus cachés derriere les tranchés bleues. Je peux mater le clip vingt fois, et découvrir des passages fabuleux comme à 1'27, j'ai le frisson du nerd devant une cam msn, plus fort qu'un comment de fan, une fille so decilious vaut mieux qu'une hôtesse qui fait la gueule.

Alors, je te propose un jeu, jeune lecteur fougueux, on te met deux clips pour le prix d'un. Fais ton choix, je sais ou tu vas aller, même pas besoin de le mentionner.
2006 ou 2007 ? Tu préfères tes râteaux ou tes fantasmes à trois ?


PS : le lecteur attentif, aura reperé le retour du versus et de la mauvaise foi.

19.3.07

Sonic Youth - Jams Run Free


Vice , Le numéro 1, Les 10 groupes "séminaux" que tu fais semblant d'aimer: "Goo c'est sympa et la chanson "Teenage Riot" est bien, mais le reste? De la merde. C'est quand la dernière fois que t'as mis Evol en faisant le ménage?"

Bon écoute le jeune, ne crois pas ce que dit ce monsieur. Pourquoi il dit ça? Pour diverses raisons, je ne vais pas te les expliquer. Tu peux continuer à écouter Sonic Youth, Evol ou un autre parmi la vingtaine de disques qu'ils ont sortie, tu dois en revanche trier un peu. Evol ok tu le mets pas pour faire le ménage, sauf si t'as 30 ans et plus, car c'est l'album que citent les trentenaires.
Mais comme je m'adresse à toi, jeune, et que c'est ta daronne qui fait le ménage, cette histoire ne te concerne même pas. Pense seulement que tu dois apprendre, un jour tu quitteras le domicile parental.
Si les groupes que tu aimes citent Sonic Youth c'est pas juste pour faire genre, mais parce que c'est bien. Tu peux aussi continuer à mettre ce tee de Goo que tu as acheté après l'avoir vu porté par un mec à la peau jaune-orange en pic sur dirtydancing. D'ailleurs pense à l'écouter Goo. Mais pas uniquement celui-ci.
Tiens regarde ce clip de "Jams Run Free", c'est un morceau de Rather Ripped, leur album de 2006. Ah, et quand quelqu'un chie sur Sonic Youth dis-toi que c'est un excellent indicateur sur la capacité de ce quelqu'un à parler de musique en public.
Il y a plein d'autres idoles que tu peux tuer.

17.3.07

Arctic Monkeys - Brianstorm


Vous vous souvenez peut-être vaguement du premier clip de Arctic Monkeys. Moi je crois m'en souvenir. Ils la jouaient dans une salle de concert sans public, sous une faible lumière trahissant cependant le clearasil matinal religieusement appliqué.
Bref c'était une sorte de répétition ou un casting-tremplin jeune par hasard sur un malentendu.
Ok les Arctic Monkeys remettent le couvert en avril avec un nouvel album, maintenant c'est le dermato direct, il a des bêtes de produits. Hop une séance de temps en temps c'est nickel. Sauf que désormais il faut se raser religieusement, relou.
Donc on prend les mêmes et on recommence. Et cette fois en plus de la répète sur scène, la pénombre etc., on a le droit aux danseuses en boxer, aux couleurs fluo et aux rayons laser décoiffants pour bien te rappeler qu'ils sont quatre garçons dans le vent.

Anca - You Keep Me Hangin' On


Alors je ne vais pas vous parler d'un groupe dont le chanteur est frisé, je ne vais pas pleurer non plus sur 2005, je vais juste poster un clip que j'avais mis de côté pour Gonzo (le caissier préféré de nos amis les jeunes).
Ah vous ai-je déjà dit que la superette est un music video blog? Il me semble. Oui hein, ouais.
cool.
Je pense lancer une rubrique seins ou gros seins, je ne suis par encore certain du libellé, j'hésite un peu.
Dois-je publier un bulletin sur myspace, virb, gmail, msn, yahoo, le forum pour vous sonder?
Un clip qui gagne c'est un clip avec des seins disait le préfet Bertrand Clip. Imaginons par exemple un clip avec juste des seins, mais genre rien d'autre, tu as les seins là au premier plan, celui de gauche, l'autre de droite, voilà tout le monde est là. En fond sonore (rapport au clip) un truc pompier intro house filtrée t'as cru que ça allait être frais.
J'essaie de vous vendre du rêve, rip les captures, et je choisis gros seins.



EDIT: C'est surprenant, je poste un clip avec des gros seins en gros plan du début à la fin (clip produit par wandaproductions), et j'édite ce post finalement avec un clip de Kim Wilde, soit la version presque originale de ce "You Keep Me Hangin' On" remontant à 1987, le temps des dimanches soirs en pyjama, et des respectables coupes de cheveux.
Pour en terminer avec ces histoire de bustier (qui n'entre pas nécessairement dans la catégorie lingerie fine) et de poitrines, je vous renvoie tout de même à la première version vidéo de ce Anca, ne vous forcez pas qui n'est pas très éloignée de celle de Kim Wilde, il se passe un truc aussi niveau capillaire.

16.3.07

The Rakes - We Danced Together


L'année dernière, souvenez-vous, The Rapture avait sorti un très bon clip hallucilogène pour illustrer Wooh Alright Yeah: ça se passait sur un toit new-yorkais et c'était genre "j'adore les drogues coco, on est hip, on a des copines trop hiphop, des gobelets rouges et un mec qui fait griller des mais" (Gonzo).
On était fin 2006 et l'hiver s'annonçait rude: la pneumonie emportait par pelletées entières nos filles et nos compagnes au rythme où les feuilles mortes tapissaient déjà les décors épais de nos errances froides et où rougissaient doucement nos pommettes engourdies par l'automne. Bref, il caillait sa race mais à l'époque, grâce à The Rapture, on s'en foutait pas mal parce que bon, quand même, faire griller des maïs sur un toit c'était pas donné à tout le monde. .
Six mois plus tard, alors que point le printemps, The Rakes s'est visiblement mis en tête de nous sortir une version prolo du clip des quatre new-yorkais. Ni plus, ni moins. Du coup ici foin de drogues et autres maïs, mais de l'écharpe en laine et de la petite mine, ça oui, rien que ça même. Côté musique même constat: chant éteint, choeurs fatigués, ryhtmes grippés, en somme de la brit-pop molassonne façon Rapture sous prozac qui cadre parfaitement avec le terne ton de la vidéo.
En gros j'aime bien The Rakes, je les trouve choux, mais à en juger par ce premier single le syndrôme Kaiser Chiefs guette dangeureusement. Genre les boules quoi.

15.3.07

Maximo Park - Our Velocity


Alors sinon Maximo Park sortira un nouveau single le 19 mars prochain, ainsi qu'un nouvel album début avril.
Bien. J'ai comme l'impression que si on devait compter les points, si on devait les mettre à l'épreuve un par un ces groupes dont on attendait monts et merveilles dès leurs premiers balbutiements, Maximo Park ne s'en sortirait pas trop mal. Pas TROP mal. Après avoir survécu à une hype à la hauteur de l'évènement que créa leur signature chez Warp ("premier groupe à guitares sur warp", une étiquette qui leur collera sans doute jusqu'à la fin de leur vie)(au moins), Maximo Park revient donc en vitesse et nous bombarde du... Maximo Park, soit une copie conforme de ce que produisait le groupe sur son premier album, à tel point d'ailleurs qu'on croirait ce "Our Velocity" extrait des chutes de "A Certain Trigger" (alors qu'en fait non, ces chutes Maximo Park en a déjà fait un disque).
Côté vidéo même constat: le clip est comme toujours organisé autour d'un simple effet vidéo (souvenez-vous de la pièce qui penche et des musiciens à tiroirs), en l'occurence ici la démultiplication des membres du groupe.
Si vous aimez la formule, vous aimerez.

Sinon, non.

14.3.07

The Pigeon Detectives - Romantic Type


The Pigeon Detectives, un groupe qui fait montre d'autant de talent pour se trouver un nom (atroce) que pour composer des chansons (minables) (au secours). Romantic Type aurait pu me plaire il y a de celà cinq ou six ans, mais là en 2007 non, définitivement non. Le NME
parle à leur sujet d' "indie-pop perfection", moi je préfère écouter les Kooks, c'est dire.
Sinon le chanteur a les cheveux frisés et la vidéo est l'oeuvre de Paul Morricone, réalisateur en vogue qui a visiblement essayé de faire un truc ambiance 70's, avec des couleurs et tout.
Mais c'est raté.

EDIT : Superette on virb. Add us.

Kaiser Chiefs - Ruby



Au moment même où The Pigeon Detectives se fendaient d'un nouveau single, les Kaiser Chiefs y allaient de leur nouvel album, "Yours Truly, Angry Mob". En 2005 je reconnaissais à ce groupe un certain talent pour l'écriture de fulgurants singles enrichis en "nanana", mais je trouvais que l'album ne cassait pas trois briques à un canard et avais donc du mal à comprendre leur succès. Là, clairement, si ce nouvel album marche, si les Kaiser Chiefs refont en 2007 le coup de 2005, je me pends par les couilles. J'ai écouté Ruby des dizaines de fois et je n'y entends qu'un groupe en fin de vie, cherchant en vain et avec tristesse son énergie passée, et qui a fini par troquer sa fraîcheur contre une grandiloquence surfaite.
Affaire classée.

12.3.07

Klaxons - Gravity's Rainbow (LP Version)



Quoi, encore un clip des Klaxons ? Non pitié. Quoi, encore un clip de Gravity's Rainbow ? Non pitié. Cette scène imaginaire aurait pu avoir lieu sur l'enclave américaine de Guantanamo, à Cuba. Tant que ces prisonniers de guerre ne sont pas libérés, nous ne devons pas les oublier. Et encore moins accepter l'inacceptable, comme par exemple un clip des Klaxons dès le réveil.

Ils l'ont donc fait : les Klaxons ont ressorti un nouveau clip. Et pas n'importe lequel puisque c'est un remix de leur premier clip Gravity's Rainbow. Le raisonnement est simple : un clip pour la version EP...un clip pour la version LP. Y a qu'une lettre qui change, quoi. Et sinon, signalons le net changement de couleur. Avant, c'était tout fluo. Maintenant c'est tout noir, tendance rétro-futuriste dégueulasse. Comme si les Klaxons tentaient un improbable revival tableaux-attrapes-touristes-vendus-au-pied-des-monuments.

Là où je ne comprends plus, c'est que le mec qui réalise les clips des Klaxons et qui a dû répondre à la commande suivante "On arrête le fluo, c'est pour les PD et les groupies, on va s'habiller comme Interpol maintenant" est quand même Saam Faramand, une de nos idoles sur la Superette, responsable de ça, ça ou ça.

Modest Mouse - Dashboard

Il est couramment admis qu'un homme averti en vaut deux. La mainmise de la guilde geek sur la production d'indie pop confinant au monopole, que l'on ne s'étonne donc pas si d'aventure quelques lobbies antitrust se prenaient à fleurir, printemps aidant.

Mais qui songerait à se plaindre quand la bizarrerie qui caractérise la scène américaine (quand la scène anglaise cultiverait plutôt une niaiserie bon enfant) produit des vidéos à l'image de celle-ci ? Pas d'animation, mais des effets très spéciaux, hommage probable au regretté Ed Wood dans le court-métrage maritime qu'il aurait rêvé de réaliser sans doute.

A savoir une vaste récupération de Jules Verne, disons une adaptation très libre, disons une approximation tirée d'un hyper-palimpseste, disons euh...une histoire de bestiole géante ? dans laquelle les Modest Mouse jouent les pêcheurs sans peur et sans reproche.

L'album sort dans 2 semaines, pour l'occasion les Modest Mouse ont créé des buddy icons avec un gif de leur pochette...sans commentaire.

Garanti plus frais qu'un Fisherman's friend.

5.3.07

Dj Mehdi - Signatune (Thomas Bangalter edit)


Rocky Balboa, l'arène, la vague, la déferlante, défouloir et délivrance, rien qu'un bug extatique pour stades exultants, tuning à fond. Bangalter s'empare d'un interlude de DJ Mehdi pour rien qu'un edit, rien qu'une idée qui semble naturelle aussitôt qu'on a entendu le morceau : mettre le gimmick en boucle, rajouter un kick, deux cuts, un compresseur, un filtre cutoff, et c'est parti pour x minutes. Mais c'est déjà beaucoup, c'est transformer un peu de poudre aux yeux numérique en chair à canon. Les nerds frustrés qui s'acharnent à défendre la "valeur-travail" pourront trépigner de "moi aussi j'peux le faire", ceux qui aiment Together y reconnaitront la recette miraculeuse des tracks Together et Call on me.

Seule l'effectivité du résultat compte, et désolé, notre compte on l'y a trouvé, le temps qui s'arrête comme pour ce mec lorsqu'il lustre les paupières des phares, les bras vers le ciel comme après la victoire, la sueur, et les larmes mélangées. Romain Gavras s'est inspiré de la tonalité "injection, compression, la pression garçon" et joue sur un subtil contraste de la thématique tuning et d'un héroisme ramené à la crudité de la fiction-documentaire "hé toi qui collectionnes sneakers & hoodies, tu te souviens Corbeil-Essonnes, tu connais les hobbys des hommes ?", en donnant in fine l'unique clé d'appréhension d'un tube tout en évidence (pléonasme) : 150 décibels de basses fréquences.

3.3.07

Good Shoes - Never Meant To Hurt You


De fâcheuses rumeurs courent sur l'état de santé de la pop britannique. On la prétend moribonde, agonisant parmi les guitares éparses au flanc percé, détruite par la véhémence des sons de clavier et autres bidouillages cyberélectropunks.

Ce n'est pas ici pourtant que les amateurs de propos catastrophiques trouveront leur compte. Car les Good Shoes sont la preuve que le quartet, la mélodie, et les paroles autres que les borgborygmes récurrents ont encore de beaux jours devant eux.

Les Good Shoes, souvenez-vous, ce sont ces boutonneux trognons dont les jeux d'adresse et le visuel ultra-ludique avaient retourné vos neurones de nerds dans le clip de All In My Head. Après une vidéo un poil trop conventionnelle pour le single Photos On My Wall, les revoici avec un clip d'animation, il faut croire que c'est de saison.

Ce petit bijou de naïveté colorée, on les soupçonne de l'avoir fabriqué de leurs propres mimines, tant on commence à mesurer l'ampleur de leurs capacités. Les nuages revêtant des teintes vives au gré des accords du refrain ou les serpentins de losanges arc-en-ciel, c'est simplement beau à s'en sentir étreint. En le regardant, tu sauras pourquoi les oiseaux pleurent et comment l'univers tient dans la main d'une fille.

Quant à la délicate séquence finale, dans laquelle le karaoké se mue en saute-mouton arty, elle fait passer le clip de Yelle pour le sommet de vulgarité premier degré qu'il est.

2.3.07

Battles - Atlas


Il est difficile de ne pas insister sur Give it to me alors on défie un tout petit peu les cases prévues par blogger avec un post-commentaire (un peu de la meme maniere que Give it to me commente Promiscuous) -soyons XpérimenTaux wo - pour dire qu'en plus d'un groove dingue, quand même ce truc de stromboscope sur les keywords, et les gros effets, delays, cuts en postprod, genre ma chanson est tellement parfaite je peux me permettre de la triturer mieux que tu ne le ferais sous Traktor, et puis cette phase de quatrième de JT "We missed you on the charts last week / Damn that's right, you wasn't there." - et pour cause puisque Timbo fait son mois implacable en plaçant Say it right, Give it to me and What goes around comes around en simultané sur les écrans (bon quelle part de responsabilité a Danja dans ceux-là ?) - et puis ce côté "sans les mains" - assurance désinvolte, on fait même pas un vrai clip pour vendre/enrober la chanson d'une interface de séduction supplémentaire - envers du décor regarde ma gueule de gamin bonnard, et on n'y parle que du délire d'être producteur dans cette chanson, QUAND MÊME, ah oui ceci est un post sur Battles ? ok, BON, Battles c'est un peu le groupe qui veut nous montrer qu'on peut encore faire des trucs excitants avec des guitares en touchant un peu d'inouï (i.e c'est pas The Hives qui ont QUAND MÊME réussit l'exploit de soutirer un morceau quelconque à Timbo).

Ils jouent comme des musiciens de musique des morceaux de transe qui résonnent comme virtuellement programmés, un groupe de musique électronique à guitares donc, assez dément en live, raison pour laquelle un autocollant "i have Battles in my life" d'un vert nerd campus orléans / terminaux de la CIA assez classe reste fixé sur le dos de mon laptop ; là il se prennent un peu pour Animal Collective / The Residents / un groupe de polka breakcore... mais avec des GUITARES, et ça fonctionne avec cette petite voix en mode "just born to be wild", ça se dit check out entre new rockers ou pas ?

1.3.07

Timbaland ft/ Nelly Furtado & Justin Timberlake - Give it to Me



Voici le nouveau clip de Timbaland (pour l'album à sortir le 4 mars) avec Timberlake et Furtado.
Timbaland est gros, il mange des protéines à la testostérones le jour dans des gros bols autant qu'il s'envoie des sachet de pilules en soirée. Ce type a les yeux d'une chouette rigolarde. Ce mec pèse donc beaucoup plus que ta petite gueule.
Nelly Furtado a une ligne de chant assez bizarre sur cette prod vicieuse, pourquoi fait elle donc ça ? A vrai dire, on s'en fout, elle joue son rôle de bitch, donc on la laisse faire.
Timberlake est une des personnes les plus influentes du moment, après Ramsès II et Jésus de Nazareth, donc il fait ce qu'il veut, c'est à dire pas grand chose ici, mais on l'aime.

Conclusion : Scandale ? En premier jet, pas faux. Sauf qu'à écouter de plus près, il a plus de puissance ici que dans le Hitlist France de l'année… Alors, jeune pianiste, tu ferais bien de prendre exemple sur cette prod de branleurs sympathiques et d'ouvrir le manuel de ton Prophet.

Passons le clip, sans intêret (sauf pour la tête du gros Timbo, qui fera rire vos gosses). Pour passer au problème français : Diam's, Shym, Kenny Arkena… enfin toutes ces daubes de varietoche "urbaine", incapable en 10 ans d'avoir pondu le centième d'un beat de timbo refourgué à un rappeur portoricain sur une street tape sortie dans un sexshop en Louisiane. Honte à nous. Vous faites quoi en studio ? Vous dépensez toutes vos thunes pour jouer sur un Steinway Sol La Si Ré ? Vous passez 8 mois à trouver une boucle de violon, trop chanmé Vivaldi ? Ou sont les prods drogues ? Ou sont les Timbo ? Ou sont les culs qui bougent tout seul à l'arrière des Cadillac ?


Bas… dans ce clip.