30.4.07

Dinosaur Jr - Been There All The Time


Salut. Alors comme ça on poste un peu trop de bons clips sur la superette? Qu'à cela ne tienne. Exit les Justice, bobye les lunettes sans verre, tchao pantin les coincoins, au revoir les chorés et les filles un je ne sais quoi, celui-ci c'est garanti tu n'en feras pas profiter les lecteurs de ton skyblog.

On reprend son souffle.

Bienvenue à la maison toi le clip garage, toi la vidéo tournée dans une seule pièce avec 3 mecs pas loin de pouvoir choper la carte senior SNCF. Je vous donne le menu du jour? Alors en entrée une boule à zéro façon c'est ça ou juste 3 derniers poils conifères, pour le plat de résistance le chevelu post Wayne's World bedonnant tee uni sur-tendu, et en dessert un Lou Barlow toujours inscrit à la fac, pas encore passé le permis, bouquiniste ou archiviste. Peut-être fleuriste.

Dinosaur Jr sort un album. Dinosaur Jr est le groupe échappé des B.O vidéos Skate des 90's, rescapé de la boîte à gants Ford Escort Diesel 1994 sur une cassette audio tâchée par le vin et la bière, bref vestige d'une décennie rock indé tellement loin finalement. Sur la superette on vous dit la vérité. Je connais bien Lou Barlow, Dinosaur Jr pas vraiment. Ou juste un concert guitar heros solo guitar-parts mais avec le bruit en + produit cd offert.

Alors le clip? Il est mauvais. Le morceau ne vaut guère mieux, il est juste bloqué au milieu des années 90. En même temps on va pas leur demander de nous faire du LCD Soundsystem ou du Vanshe. Pas grand chose à dire donc, humm voyons, éventuellement je peux le décrire en "libellé". Juste un truc, le réalisateur c'est Matt Dillon, oui voilà l'acteur, le mec de "Mary à tout prix" tout ça. Sinon au début on a le droit au vieux Thurston en caution (mes excuses à la jeunesse sonic, le coq a dû chanter 3 fois).

Justice - D.A.N.C.E

Vertige d'une basse dégoulinante, l'odeur du bitume chaud, un ghettoblaster à la fenêtre, les vibrations du boomers sous des doigts joueurs. Le tube de l'été résonne dans l'air comme le vent glisse sous les jupes des filles, une caresse en haut des cuisses et un pied dans les reins. Plus de mouvements scandaleux pour ton bassin, qu'un mois de juin. Avril semble infini, on dansera toute la nuit jusqu'à plus soif. Jusqu'au dernier bras levé dans les cuts, jusqu'au dernier verre vidé en l'air, jusqu'à la fin de la nuit, avec toi.




La Justice fait bien son travail.

Réa : Jonas & François, So Me

29.4.07

Bumblebeez - Dr Love


Bon. En 1993 Michel Gondry a eu l'idée de réaliser un clip-karaoké à base d'enseignes pour le morceau La Tour de Pise, de Jean-François Coen. A ma connaissance c'était la première fois qu'un réalisateur de video-clip tentait ce genre de choses, et c'était très réussi, très... très poétique tiens.
La science des rêves, quel gâchis tout de même.
Bref. En 2005, Kim Gehrig prolongea l'idée de Gondry via le clip de "Do Your Thing", à l'occasion de la sortie du Singles de Basement Jaxx. C'était une histoire de t-shirts, avec des boom et des bang, enfin vous l'avez tous vu.
N'empêche que, quoi qu'on en dise, Basement Jaxx n'est pas qu'un groupe à singles. C'est également un groupe à clips. "Where's your head at" quoi merde.
Enfin. Je ne suis plus trop sûr de ce que je voulais montrer à travers cette analogie entre ces deux vidéos, là, mais vous voyez le rapport n'est ce pas? le support, le texte, tout ça.

Voilà. Je suis très satisfait de cette introduction, elle évitera bien des tracas à celui d'entre nous qui devra se taper le plagiat de Justice quand on aura le droit de le poster.
Je voulais écrire "clip de Justice". Mon doigt a fourché.
Bien. J'ajoute que si vous ne voyez pas le rapport entre La Tour de Pise et "Do Your Thing", vous aurez sans doute du mal à comprendre le lien que je peux faire avec le Dr Love de Bumblebeez.
(l'imprimé les enfants. Le recours à l'imprimé)
Des canards imprimés, des téléphones imprimés, des cartouches imprimés. Quand on les touche ça fait des bruits. Genre coin-coin (pour les canards) (malade).
C'est un clip (débile) à gueules. Dans les (bons) films de Tim Burton les acteurs ont tous des gueules improbables, or là c'est pareil, sauf qu'il faut plutôt imaginer un truc un peu crasseux à la Aki Kaurismaki. En milieu urbain. Bonjour l'effort d'imagination.
A un moment il y a une chorégraphie. Non franchement, vous allez adorer.
A part ça j'ai déjà parlé de Bumblebeez. J'ai déjà signalé que parmi ses influences, ce fringuant australien citait le coca-cola. Je n'ai pas grand chose à ajouter. Tiens vous savez quoi, vous n'avez qu'à écrire un truc vous même sur Bumblebeez, vous avez juste à y faire tenir les mots "Beck" et "mieux". Vous verrez, c'est extrêmement ludique.

Un post Ravensburger.

28.4.07

Björk - Earth Intruders


Bjork, plus de Mercure-Terre psyché dans ton clip que dans mes rêves de San Francisco en 1965. Timbaland derrière toi avec Konono N°1, pour du tribal pas fraggle, mais juste planter son appendice dans la terre pour en ressentir les vibrations. Cet été je pars en Islande, loin de toute cette vague fluorescente qu'on oubliera vite, j'irai planter mon sexe dans un volcan en appelant les dieux oubliés, l'acide coulera pour un summer of love définitivement rechargé. Loin des Apparel, juste un étui pénien, mon arc et mes flèches. Amazone, sein coupé, regard droit, tire sur la corde. Je suis Terre, je vais mal, mais on s'en moque.

Réa : Michel Ocelot

EDIT: eh les mecs y’a une super soirée au showcase samedi 28 avril, TOO MUCH LOVE ? myspace weloveart

26.4.07

The Teenagers - Homecoming


Michael Szpiner, Dorian Dumont et Quentin Delafon sont The Teenagers. Des français entre Paris et Londres qui ont la cote sur vos blogs préférés et dans les papiers glacés de vos magazines. Et ils le méritent. Je joue tapis sur eux, je sais je ne prends aucun risque, j'arrive après la bataille, actu clip oblige. Tant mieux grâce au clip, je suis de retour sur leur myspace et c'est avec un plaisir non dissimulé que je réécoute les "fuck Nicole", "Sunset Beach", "Starlett Johansson". Pour la peine je vais me ressortir leurs divers remixes et distribuer les bons points.

Un clip plutôt suprenant, soyons honnêtes. On attendait l'artillerie lourde, tout au moins en terme d'effets. Rien de tout cela en définitive et c'est tout à leur honneur. Le clip est à l'image si j'ose dire de la musique de The Teenagers. Un truc très simple, unique, qui tape à l'oeil mais sans fioriture. Juste les ingrédients ultimes, un peu de candeur, une petite dose de maladresse, et un zest de spontanéité. Traduction à l'écran avec ce bouquet de jolies filles prêtes à en découdre à coups de polochons et de premiers baisers.

Le clip a été réalisé par Kinga Burza, polonaise, australienne et aujourd'hui londonienne, bien connue de nos rayons. Souvenez-vous, on lui doit le "Caroline's A Victim" sucré de Kate Nash et le haut en couleur "Sing Songs Along" de Tilly And The Wall. Pour le moment elle a encore le statut de la marque que l'on vous fait goûter en opération spéciale, avec à chaque fois une saveur différente. Considérons-là à juste titre comme une réalisatrice en devenir, comme un produit qui tôt ou tard méritera une tête de gondole à la superette.

Patrick Wolf - The Magic Position



La belle journée de Patrick Wolf se doit de comporter impérativement les éléments suivants :
1/ une hirondelle s'envolant depuis les tréfonds de votre bureau
2/ un marchand de glaces à l'ancienne et à pédales devant lequel surgir et farandoler en tenue léopard
3/ des lil'mamas à qui faire la cour et voler le portable sur un faux banc de décor en plastique

Etrange certes, mais à quoi s'attendre lorsqu'on est un lutin à crinière érubescente et chausses à rubans, que l'on ressuscite les motards playmobil et que l'on se déplace avec 3 kgs de confettis dans les poches ?

Le second album du frétillant Patrick Wolf vient de sortir. Pour information.

24.4.07

The Sounds - Tony The Beat VS Painted By Numbers

Pendant que le monde merveilleux des filles en legging et des garçons à tee shirt sans manche/lunettes sans verre attend désespérément la sortie de la version définitive du clip de Justice (mi-mai), moi je m'installe à mon bureau et me penche sur la question du tube calibré générique émissions TV. Je vous en ressors un petit de 2006, dont vous n'avez peut-être pas vu le clip, et ne vais pas pour autant développer ce thème. C'est juste un prétexte pour introduire mon post.


J'aime assez la caméra travelling, en mode voyeur, omnisciente. Encore mieux qu'un livre dont tu es le héros. Que nous dit le clip de "Tony The Beat" au fond? Que la nuit on tourne en rond. Tranquille au bar jusqu'à ce que tu sois comme aimanté par le vol blond de la chanteuse de The Sounds tu déploies tes ailes, suis-là, allez. Tu vas voir elle connaît le DJ, le son est un peu pourri mais l'essentiel n'est pas là. Les gens s'amusent sur la piste, les gens sont complètement oufs, bouteilles de verre à la main ils perdent la boule.
Rewind! non c'est pas du tout ça, en fait tu étais dans un endroit chelou, le lounge avec des boxes où dansent des humains à moitié à poil, tu as vu la chanteuse de The Sounds, elle a disparu dans une voiture avec tous ses potes, oui mais pas le DJ.
Attention, c'est tout de même Ace Norton à la baguette (clips pour Deathcab for Cutie, The Faint, Bloc Party, Sebastien Tellier, Teddybears,...).


C'est un versus: En octobre 2006 The Sounds remet ça encore une fois (de trop?), et la Suède est toujours sur le podium des plus gros exportateurs de musique pop en Europe.

C'est l'histoire d'une chanteuse qui porte une culotte noire. Et pour ceux qui ratent le début, pas de panique! Avec les autres caissiers nous avons comptabilisé largement une dizaine d'occurrences de la fameuse culotte. C'est encore l'histoire de gens qui s'amusent dans des boxes. Hum mm que nous dit ce clip au fond?
Sexy je ne sais pas, froid c'est certain.
"Painted By Numbers" a été réalisé par Markus Johnson.

Feist - My Moon My Man


GARDEZ LES PIEDS BIEN A PLAT
GARDEZ LES PIEDS BIEN A PLAT
GARDEZ LES PIEDS BIEN A PLAT

De ce conseil qu'on veut bien lui donner avant d'emprunter le tapis roulant, Feist n'en a cure. Elle réalise dans ce clip ce que tout un chacun rêve secrètement: suspendre l'espace temps. Elle s'en sort très bien, c'est grâce aux autres piétons qui ont la politesse de libérer le passage.

le clip que l'on doit à Patrick Daughters est un vrai régal, encore une fois il est question de chorégraphie (cf du même réalisateur "1,2,3,4"), de danse, meilleur moyen s'il en est pour célébrer la beauté d'un morceau en vidéo: danser.

Je rappelle juste que le nouvel album de Feist The Reminder est sorti depuis hier, je rappelle aussi qu'il s'agit là du deuxième clip de ce nouvel album. J'ajouterais bien d'autres éléments intéressants avec une bonne dose d'humour mais tu vois j'ai peur d'être trop "conventionnel".

23.4.07

Lil Mama - Lip Gloss



J'ai vraiment peur qu'un jour, un journaliste écrive un livre sur le phénomène fluo. On y lirait des conneries du genre "Après avoir inventé Madchester pour oublier Margaret Thatcher, l'Angleterre a lancé le mouvement new-rave pour oublier la vie chère et le réchauffement climatique". 1/ la musique, ce n'est pas un discours de Ségolène Royal. 2/ peut-être qu'au fond, l'Angleterre a inventé le fluo, juste histoire de pécho des meufs.

Mais arrêtons-là : Lil Mama s'en fout de tout ça. La jeune Américaine met du lip gloss rose dans sa vie, comme ça pour le fun, la beauté de la couleur. Je crois qu'elle ne sait même pas que George Bush est président et que Superette a failli balancer les résultats des élections à 18h. Dans son college, Lil Mama, c'est la fille que tout le monde voudrait se taper, surtout quand elle sort son gloss magique, surtout quand elle danse sur ce beat magique, clap-clap, deux coups dans la grosse caisse. Je crois que ce clip réalise une performance folle : faire plus frais, plus teenager, plus début de siècle que le redoutable Long Way 2 Go de Cassie.

Lil Mama ne viendra pas à la soirée Fluo FMR de vendredi soir. C'est dommage mais sur Superette, on attend quand même notre "caissier +2". C'est dit.

22.4.07

Camper Van Beethoven - Take The Skinheads Bowling (1983)



"Take the skinheads bowling, take them bowling"

21.4.07

Bonde Do Role - Solta O Frango


Parfois les statistiques mentent. Par exemple, lorsque la Superette organise son sondage "Présidentielles 2007" et que les résultats donnent 40% à François B. et 0% à Nicolas S., on a beau être utopiste, on sent comme un arrière goût de mystification.

En revanche, lorsqu'on vous dit que le Brésil est une puissance en plein essor tant du point de vue économique que par la portée sans cesse plus manifeste de sa culture, il en va de votre bon sens d'adhérer à ce constat. Le plus Superette étant de libérer les énergies et le goût du risque dans un même désir d'avenir, nous tenons à étayer la thèse de l'émergence brésilienne tout en soutenant le développement durable.

Ceci grâce à la dernière vidéo de Bonde Do Role, tournée dans les favelas et garantie 100% équitable. Quant aux animaux et aux musiciens il n'ont subi aucun préjudice. Si ce n'est les costumes en plumes, mais on me confirme par téléphone à l'instant qu'il s'agit bel et bien de moeurs locales. La mondialisation n'a pas tué le pittoresque (info exclusive Superette).

Le groupe est dément sur scène et éminemment sympathique en coulisses. En vidéo nos protagonistes font de la gymnatisque dans la rue et la part belle à leur concitoyens, dans 2 minutes et 43 secondes vous rechercherez frénétiquement une promo allez simple pour São Paulo. De mon côté lorsque je pense à leur devise comtienne "Ordre et Progrès" je ricane et pour cause. L'ordre, certes, mais juste.

P.S. : ma lecture concomitante des programmes officiels pendant l'écriture de ce post l'a parfois parasitée, saurez-vous retrouvez leurs traces ?

19.4.07

CSS - Alcohol (Vidéo de compétition)


Vous n'en avez pas entendu parler, quoi qu'il en soit vous ne pourrez plus l'ignorer, CSS a lancé il y a de cela quelques semaines un appel à créativité qui récompensera la meilleure vidéo réalisée pour leur prochain titre, Alcohol (cf.www.qoob.tv).

Des quelques opera mis en ligne sur Myspace, un seul doit retenir votre attention, celui-là même que vous trouverez en pièce jointe. Moultes raisons laissent en effet à penser que cette vidéo va légitimement gagner le concours.

La première, c'est que le réalisateur a non seulement pris acte du matériau fourni par le groupe, soit des vidéos de gesticulations sur fond vert, mais qu'il en a tiré profit de la façon la plus aberrante qui soit. Sa démarche est la suivante : la reproduction à l'identique des musiciens, en lapins animés, qu'il propulse dans un monde virtuel de forêts touffues et cabanes chaleureuses.
La seconde, c'est le surgissement de petits panonceaux scandant, à l'aide de typographies ludiques et variées le "Hey/Hey/Hey/Hey/Hey" un poil fastidieux du refrain. Un ersatz de karaoké absolument lumineux.
Enfin il y a la séquence paparazzo, montage parodique de photos de soirée, clin d'oeil au titre du morceau comme aux innombrables dérapages de beaufitude home-made dont nous abreuve chaque jour YouTube.

La mise en abyme des bunnies marionnettes pourrait donner lieu encore à une longue tirade dithyrambique post-khâgne dont j'ai l'apanage, mais ce serait vous gâcher le ravissement que suscite le champion élu par la Superette dans cette ordalie.

1990's - You Made Me Like It vs. Dirty On Purpose - No Radio

Observons d'un peu plus près le clip d'1, 2, 3, 4. Qu'y trouve-t-on? De l'énergie, du mouvement, de la couleur et des collants. De bien jolies choses en vérité qui ne sont pas sans rappeler les délicieux ingrédients du succulent Sing songs along de Tilly And The Wall, à ceci près que le clip de Feist bénéficiera inévitablement d'un écho nettement supérieur car proportionnel au succès attendu de son second album, A Reminder. L'impact de cette vidéo sur nos vies quotidiennes devrait donc être gigantesque, et il semble aujourd'hui évident que le monde s'achemine tout droit vers le triomphe de la gymnastique acrobatique.
Le phénomène est imparable. Bientôt, nous ne nous déplacerons plus qu'à l'aide de roulades et autres sauts de chats, utiliserons les termes "flips" et "saltos" en dépit du bon sens, dormirons en Appui Tendu Renversé. La firme American Apparel enregistrera des profits démentiels tandis que le lobby du lycra imposera le body fluo aux militaires américains. A terme, le corps humain lui-même évoluera, et nos pieds se transformeront en élégantes ballerines.

Il s'agit là d'une tendance lourde.

Du reste, certains groupes ont déjà senti le vent tourné. Ils ont compris que la neurasthénie et les gueules de chats malades à la Kills, c'étaient trop early 00's. Leurs influences ne sont plus Joy Division, les Clash ou Pete Townsend mais la GRS. Et ce versus c'est un peu un hommage à ces groupes avant-gardistes là, voilà, on y arrive.



D'un côté nous avons donc 1990's, une bande de jeunes loups écossais un peu Good Shoes et pas mal Blur. Leur approche de la gymnastique est très classique, très poutre/cheval/épreuve obligatoire au sol, très jogging en coton, très ennuyeuse au bout d'1:24.
Très ambiance sélection yougosalve aux JO de Séoul.
Si vous avez le courage de perdre 2 minutes de votre vie, vous noterez qu'à la fin du clip, indirectement, ils s'auto-évaluent, un peu. C'est mignon.



De l'autre nous avons Dirty On Purpose, une bande de branquignols américains un peu Flotation Toy Warning et pas mal Slowdive. Leur approche de la gymnastique est beaucoup plus décomplexée, et s'exprime à travers le prisme d'une aérobic assumée, revendiquée, à grands renforts de fuseaux et de chaussettes montantes.
Il y a des tas de filles qui ont visiblement grandi avec Cindy Lauper dans ce clip. Il y a des mariachis aussi, et ma foi faire se téléscoper Fame et Zorro dans une vidéo de 5 minutes ce n'est pas rien n'est ce pas. Mieux encore: le chanteur ose porter un jogging à pressions, et ce tout en affichant un sourire satisfait.
En réalité ce clip est très beau.
Son réalisateur mérite bien une phrase à lui tout seul. Jake Hensberry.
Bref, Dirty On Purpose remporte ce versus haut la main.

En conclusion j'avais pensé à: "Cette révolution culturelle axée sur le culte du corps tend à démontrer que le port du leggings n'est pas un effet de mode mais un élément de civilisation".
Tremblez.

16.4.07

BRMC - Weapons of Choice

Never Mind the Bolos. Ce jeu de mot minable me trottait dans la tête quand le dernier clip de BRMC passait sur l'écran (sisi le groupe était bien, c'était en 2001 je crois, y'a six mois environ). Comme je me mords les doigts de pas avoir pu chroniquer le dernier Arctic Monkeys qui est l'une des meilleures choses arrivées dans le Rock Jeu depuis un mois (et une bonne nouvelle pour tous les assistants Pro Tools qui cherchent du boulot). Je me rabats sur du second choix, un peu périmé avant même d'être sorti (BRMC viennent de comprendre que si t'essayes de faire le malin à la Liars sur des albums compliqués, le jeune te pose un gros doigt sur le nez).
Weapon of Choice est donc le produit promotion 1 euro du 16/04, si tu le manges pas ce soir, t'es mort après demain. Joli clip, des effets trop "whouah", un morceau genre "à merde le concert est fini ? désolé j'étais entrain de parler au bar", même pas une bonne meuf pour se rincer l'œil ! Ça sent pas le printemps, sinon le sapin et les jeux de mots du mois.


La Superette, c'est tes potes mais pousse pas le bouchon, on va pas non plus te proposer de la merde sans te prévenir. Ainsi fait, tu es prévenu, tu es juge (mets ton avis dans les comments, Vincent te répondra), tu es grand et fort, tu es notre lecteur préféré, celui qui n'a pas peur. Nous t'aimons.

Midnight Juggernauts - 45 and Rising


Cette fois je pense que ce clip n'a aucun lien avec la mythologie et je ne prends pas trop de risque en disant cela, même si je dois l'avouer je n'ai pas plus de temps que samedi dernier pour me pencher complètement sur la question. J'aurais dû m'en douter, Midnight Juggernauts, avec un pareil nom. Quoique, à bien y réfléchir, ce titre "45 and Rising" est éventuellement une référence historique propre à nos chers voisins britaniques. Vous ferez le point sur la question dans les commentaires.

Avant sur la superette, je prenais mon temps. Par exemple j'allais éplucher les biographies des groupes, j'en faisais une note de synthèse, c'était un exercice stimulant: je me les appropriais et pour ce faire j'utilisais mon propre vocabulaire. Ou bien je me contentais de traduire seulement les passages que je comprenais.

Une constante: les histoires de remixes, les gens aiment bien ça quand on name-drop méchamment et qu'au final il y a bien un nom qui vous est familier. Par exemple pour Midnight Juggernauts, je peux rappeler qu'ils ont remixé The Presets, Electric 6, Damn Arms, Stardust 5, Dragonette et qu'en contrepartie ils ont été remixés par Cutcopy, Spod, The Presets, Ajax, et des membres de Wolfmother. Tu vois il y en a bien un dans la liste qui te plaît, j'en étais sûr.

Une autre constante: les influences, là c'est la loterie, ou l'indigestion, toutefois ça permet de contextualiser un peu et de s'affranchir des qualificatifs approximatifs qui périment très rapidement, du coup on privilégie l'effet du "ah ouais cham-mé John Carpenter" voire "Georgio Moroder ohoh ouais ça tue"

Midnight Juggernauts sont sur la superette pour une belle, c'est une vidéo photo, avec pleins d'animaux, il y a aussi une combinaison de requin et surtout un clin d'oeil à la superette puisque la fille porte un legging.
Maintenant promis on arrête, jusqu'au prochain clip.

Unklejam - What I'm fighting for



Ce qui est pratique avec les clips, c'est qu'on peut découvrir de nouveaux groupes. Pour cette vidéo, on est parti à l'envers. On a fixé sur le nom du réalisateur (le désormais célèbre Saam Farhamand, metteur en image de la new-rave britannique) vu qu'on ne connaissait pas le nom du groupe. Rayon Saam Farhamand, c'est du boulot bien fait : la vidéo transpire un érotisme liquide, un rétro-futurisme poisseux qui séduiront la ménagère, son exemplaire de Télérama sur la table et son rebelle de fils.

Mais pas la peine de tourner autour du pot (NDLR : cette expression est naze mais 705 autres naufragés du style l'ont déjà utilisé) : la bonne suprise derrière tout ça, c'est le groupe, Unklejam. Ces Anglais semblent bien parti pour faire une brillante carrière dans l'électro-soul, avec chaque fois la même question des journalistes : "Et alors George Clinton ?". Les Scissor Sisters de la p-funk sont peut-être arrivés.

14.4.07

Midnight Juggernauts - Road To Recovery



Avant toute chose, veuillez-vous reporter à ce premier clip que voici: c'est par ici rayon premier clip. Les Australiens de Midnight Juggernauts ont débarqué sur la superette en octobre avec "Shadows", chaleureuse ritournelle, morceau tantôt groove tantôt plein de spleen. Une belle chanson en somme sur laquelle un Vincent oublierait son hétérosexualité. Et puis il y avait ces paroles, comme un message d'espoir envoyé au reste du monde. Donc ça c'était pour le premier clip.

Les Midnight Juggernauts, ce sont aussi des Australiens qui aiment Daft Punk. Donc ça c'est le deuxième clip qui vous est proposé ci-dessus. Ils font des clips vous avez vu, j'adore ça. J'ai cru comprendre qu'ils seraient sur le point de signer sur Institubes. Suis-je bien renseigné.

Concernant le clip, je suis comme interloqué par ce "Road To Recovery": un mec dans le désert qui traîne un gros boulet. Peut-etre une métaphore de la vie. Cependant l'image est très correcte, c'est divertissant, n'est-ce pas là le principal. Je dois vous laisser. A bientôt.

EDIT: Jibb, un lecteur de la superette, a dit: Hello, juste une info sur la référence :
Sisyphe, personnage de la mythologie, description d'Homère :
" Et je vis Sisyphe qui souffrait de grandes douleurs et poussait un énorme rocher avec ses deux mains. Et il s'efforçait, poussant ce rocher des mains et des pieds jusqu'au sommet d'une montagne. Et quand il était près d'en atteindre le faîte, alors la masse l'entraînait, et l'immense rocher roulait jusqu'au bas. Et il recommençait de nouveau, et la sueur coulait de ses membres, et la poussière s'élevait au-dessus de sa tête. "

Jason Forrest - Steppin' Off



"-Tu sais Jon, j'ai toujours pensé que le succès de Prince, c'était un coup du lobby nain.
-Ouais, foutu lobby nain. C'est comme Willow. J'ai longtemps confondu Prince et Willow.
-Rien à voir Jon. Willow c'est pas un nain funky, pas du tout même. Ce serait plus une sorte de guitar-hero, avec des bandeaux et des bagouzes plein les cheveux, les doigts, tout.
-Bordel Jason, tu as foutrement raison, Willow et le sorcier c'est Jagger et Richards. Ce film est un putain de gâchis, ça aurait du être un opéra-rock avec des grosses poses et des vieux solos.
-Des nains avec des barbes et des pédales wah-wah.
-De l'héroïc-rock-fantasy, un truc vraiment dégueulasse.
-Des nains sous mescaline. Gimli sous éther.
-The 13ht Floor Lord Of The Rings."

Jason se saisit alors d'un bic noir et d'un paquet de post-it sur lequel il marqua frénétiquement:
"Carrément Spinal-Tap. Un groupe psyché: un nain + un sorcier + un elfe. DIFFERENTES DROGUES. Concerts ... stades/caves/forêts. UTILISER des filtres multicolores."
Puis sur un autre post-it, au bic rouge:
"A un moment, le sorcier ferait léviter"
Le reste étant illisible.

Voilà, c'est sans doute comme ça qu'est né cet excellentissime clip de Jason Forrest (aka Donna Summer) réalisé par Jon Watts (dont on avait déjà stocké un clip rayon bijoux) en 2006, année qui n'en finit plus de nous étonner.
Rappelons que Jason Forrest est à peu près le seul artiste écoutable de la tribu Cock Rock Disco et qu'il était déjà sur mon podium des meilleures vidéos de 2005.
Un bien beau poulain, en somme.

13.4.07

Feist - 1, 2, 3, 4


Entendre la voix de Feist, ça fait toujours un peu quelque chose. Ca rappelle une époque qui paraît très lointaine où le monde bobo était coupé en deux, entre ceux qui aimaient Feist et les autres, méprisables, qui lui préféraient Carla Bruni. C'était une ligne de démarcation proche de l'antique division Rolling Stones/Beatles, où le rock'n'roll devait toujours l'emporter en toi, sous peine de honte sur ta famille et ce, sur plusieurs générations. Il fallait donc aimer Feist, comme avant, il valait mieux aimer les Rolling Stones.

Des années plus tard, évidemment tout le monde s'en fout de Feist ou de Carla Bruni. Dans les dîners mondains, on parle d'ailleurs de Fesse et de Carla Vieilli. Mais peu leur importe : les deux anciennes madonnes de la pop chiante sortent quasi en même temps un nouvel album cette année. Elles feront la une des Inrockuptibles, on n'en doute pas. La Superette, solidaire avec ces vieilles gloires et tenu par des accords commerciaux stricts (non, cete phrase n'est pas une allusion mesquine aux Inrocks), vous offre le dernier clip de Feist.

Pour la Canadienne, c'est comme si le temps s'était arrêté en 2004. Toujours la même, elle nous rappelle cette belle époque où l'on regardait M6 la nuit et où l'on ne tombait pas que sur des jeux de call-TV débiles mais aussi sur des clips alternatifs. R.I.P. L'alternative, on t'aimait.

12.4.07

The Shins - Australia


La Superette aime bien ramener sa gueule et dénoncer les grandes injustices de ce monde. Exemple : ce clip d'Australia, la meilleure chanson du dernier album des Shins. Je trime des heures pour le trouver, vous le livrer en exclu mondiale et le rippe moi-même sur Dailymotion. Pour quoi ? Pour une grosse déception. Le scénario n'est même pas digne de Hold-Up du 113. La photo est digne de mon petit frère. L'interprétation est digne de mon petit cousin.


Pour réparer cette injustice, la Superette vous propose une autre version de cette très belle chanson. Une version homemade, le genre de trucs un peu sidérants qui n'existeraient pas si YouTube était une marque de BTP. Souvent le clip homemade, ça sent le fond de culotte d'un lycée glauque du New-Hampshire mais là, je ne sais pas, celui-là, je l'aime beaucoup. Je trouve la fille vraiment touchante dans son interprétation approximative à la sauce emo adolescente. Rien que la punchline est magnifique : "i made a music video of my own to thier song... which i adore (the song i mean)". Sa chorégraphie est incroyable : il y a environ une vingtaine de saynettes dans le clip, interprétées à différents endroits de sa maison et avec force effets de caméra. Sa mère doit être fière. Dorénavant, tous les mecs de son quartier qui n'écoutent pas 50 Cent veulent sortir avec elle.

The Rapture - Pieces of the People We Love


The Rapture c'est au moins aussi bien que le jean's slim pour les femmes.
Ahhhh le slim, quel bonheur. Pas nécessairement noir. En déclinaison rouge, blanc, vert, bleu, violet, c'est très sympa aussi. Néanmoins est-ce vraiment confortable? On me dit que oui.

Je suis persuadé qu'il se passe quelque chose chez la femme lorsque pour la première fois elle enfile un slim, peut-être. Alors des garçons en portent. Ok. Avec un petit gilet. Parfait, plus besoin de séparer les compartiments de ton armoire, tu peux te servir dans les sappes de ta copine maintenant. Ok.

Oh et il y a le legging aussi, même chose, peu importe la couleur. Enfin je préfère le slim je pense. Le clip de "Pieces of the People We Love" prend davantage le parti du legging. Attends voir, si ça se trouve il y a les pro-legging et les pro-slim, je sais pas humm ouais, si ça se trouve. Qui sait. Pardon? Des garçons en portent aussi?

Il y a fort à parier que Ben Dickinson le réalisateur du nouveau clip de The Rapture (et du "North American Scum" de LCD Soundsystem) a un point de vue sur la question. La superette devrait sans doute l'interviewer à ce sujet.

11.4.07

Envelopes - Smoke In The Desert


Je ne sais pas si vous regardez Capital le dimanche soir sur M6. Si c'est le cas, vous devez savoir ce que sont les marques distributeurs. Pour les allergiques à l'économie de supermarché, les marques distributeurs sont ces produits labbelisés "Auchan", "Carrefour" ou encore "Marque Repère" et qui coûtent genre 20-30% moins cher que les produits des grandes marques. Sur la Superette, notre marque distributeur s'appelle Envelopes. C'est un groupe suédois avec une bonne meuf et des beaux clips. Bref, notre coeur de cible mais en version un peu plus cheap que les grandes marques que nous vous offrons régulièrement comme The Knife, Klaxons ou Justin Timberlake.

Envelopes, c'est de la pop avec une faute d'orthographe. Un petit côté mineur qui veut dire majeur (genre Pavement, quoi). A la Superette, on adore et on le met volontiers en tête de gondole pour que nos clients ne ratent pas cette affaire. Alors un nouveau clip, évidemment, on saute dessus. Surtout quand il est aussi réussi que celui-là.

Smoke In The Desert est un délicat hommage à l'esthétique des salles d'arcade des années 80-90 qui renvoit la new-rave et ses réalisateurs épileptiques devant leur Nintendo 64.

10.4.07

Blonde Redhead - 23



L'arrière-boutique de la Superette n'est pas bien reluisant. En coulisses, tout n'est que lutte d'influences, mensonges, coups bas... Tenez, ce matin, je recevais un mail du patron de la boutique, Caissier. Dans des mots crus, empreints de misanthropie, il brocardait notre charmante caissière Elise, lui reprochant d'avoir fait référence au poète romain Virgile dans un post sur Cocorosie. Caissier tombait alors dans un populisme anti-élites rappellant les égarements de François Bayrou : "On dirait qu'elle n'écrit que pour des khâgneux !".

Puisqu'on n'a visiblement plus le droit de citer des écrivains sur ce blog, voici quelques vers de Michel Houellebecq, histoire de montrer mon désaccord avec le grand timonier Caissier : "Maintenant que nous vivons dans la lumière/Maintenant que nous vivons à proximité immédiate de la lumière/Et que la lumière baigne nos corps/Enveloppe nos corps/Dans un halo de joie/Maintenant que nous sommes établi à proximité immédiate de la rivière/Dans des après-midis inépuisables".

Et voilà en quelques mots résumés ce clip de Blonde Redhead. Cinématographiquement, on n'est pas dans la performance, juste dans un "beau" modeste, une vidéo réalisée avec l'argent récolté par une semaine de performance dans le métro, tout au plus. Mais ce n'est pas grave car la chanson est magnifique (un des meilleurs titres de 2007, je vous le dis).

Alors on fait comme tout le monde, on lance la vidéo et on vaque à d'autres occupations, juste pour garder la douce mélodie de Blonde Redhead. Et on s'imagine assis au soleil, un après-midi chaud. On s'endort un peu, on rêve de filles avec des chevelures pas possibles et puis on se réveille, un peu vague. 23 de Blonde Redhead, c'est précisément le moment où on rouvre les yeux et que les lentilles collent un peu à l'oeil, baignant les choses dans un halo de joie. Dans des après-midi inépuisables.

Panther - He enjoys the leg (E*Rock's Bass Remix)


Aujourd'hui, j'ai dormi, regardé Blade Runner, dormi, regardé la fin de Blade Runner et un peu dormi pour me remettre d'aplomb. Alors, forcément, la nuit venue, j'ai envie d'expériences extrêmes, de trucs avec des gros effets spéciaux qui me font passer ce vieux mal de foie. La Foire du Trône, c'est trop loin en métro alors, par défaut, je pense que ce clip fera l'affaire. C'est une totale agression, visuelle et sonore. C'est le genre de trucs qui passe en boucle au journal de 20h et qui propulse Le Pen au second tour. Après on comprend mieux pourquoi ta grand-mère a peur quand elle passe devant le Point Ephémère.

La vidéo navigue entre l'esthétique new-rave (que Jean-Pierre Gaillard conseille formellement à la vente depuis un mois) et une esthétique neo-emo-nerd à base de gifs animés réalisés sur Paint. Ca aurait donc pu être très mauvais. Pourtant ça fonctionne et je me demande si je ne vais pas taper "Panther He enjoys the leg (E*Rock's Bass Remix)" sur Google pour connaître le nom du réalisateur du clip, histoire qu'il nous refasse le (piteux) design de notre superette.

En ce qui concerne Panther que l'on voit apparaître dans la vidéo (c'est le barbu), je ne sais pas qui est ce mec, je dois bien l'avouer.

EDIT : Ah ben , j'avais pas fait gaffe, en fait l'inconnu Panther est un habitué de nos rayons. Si le mec de la promo france de Panther passe par là, qu'il nous envoie un tee-shirt. Il nous doit bien ça.

9.4.07

Cocorosie - Rainbowarriors


Un rapide visionnage des films de Larry Clark m'a mise en garde vis-à-vis de l'effet possiblement attractif des paisibles bourgades américaines. La récurrence des départs en vacances dans la familiale chargée de sets de plage et parfums de plastique chaud m'a pour sa part rendu rédhibitoire tout trajet automobile.

Et pourtant, voilà que la conjugaison de deux éléments honnis, dans un long plan séquence d'un ennui patent, me rend toute chose. Ces routes écrasées de soleil californien/floridien/aoûtien embaument sensuellement le pâté de sable sous le bitume et la langueur monotone des vrombissements en forme de berceuse. Ce clip, c'est un film pour l'oeil, un jeu de l'oeil et d'un ciel sans cesse dérobé, haché, brisé, et qui finit pourtant par envahir l'écran.

Paysage urbain et tentation céleste, au sussurement coutumier des soeurs se superpose un flow rap qui, après un premier abord déroutant, trouve ses marques et ébauche une ligne qu'on espère pousuivie, ramifiée, bourgeonnante, et dont l'album à venir constituera la floraison.

Le bucolisme est de saison, Virgile en cela ne me contredirait pas, douce écoute.

8.4.07

Familjen - Kom säger dom


L'autre jour je me suis baladé sur les liens de la superette qui sont situés à droite de votre écran. J'ai sondé certains de ceux que je ne connaissais pas encore. Après un voyage exotique et enrichissant, c'est donc en Suède (pour changer) sur Risky Bisniz que mon périple s'est achevé. Et là je tombe sur ce clip. Je me laisse amadouer assez facilement, séduit par des sonorités familières et une danse tribale. Je me convaincs alors que cette vidéo a tout à fait sa place dans les rayons de la superette, même si je prends le risque d'une saisine du Conseil Supérieur de la Superette (CSS) de la part d'un de mes collègues, parce que le gars du clip chante en suédois. Tant pis, je décide de tenter le coup et de publier ce clip.

Il n'empêche ces sonorités m'intriguent. Malgré ma faible culture en la matière, il y a comme une réminiscence vieille école dans ces boucles qui me rappelle vaguement quelque chose, un truc à la "Show Me Love" de Robin S. Mais je suis loin du compte, enfin pas tout à fait. Il faut absolument que je sache, je décroche mon téléphone et contacte un vieil ami rencontré au Guatemala à l'époque où je bossais dans le café. Une bonne idée que j'ai eue de l'appeler. D'abord il me confirme que sa tendinite ne le fait plus souffrir, puis il m'explique que ce morceau c'est juste une remise au goût du jour d'un classic de A Guy Called Gerald à savoir son "Voodoo Ray" (ceci n'est pas un clip) qui remonte aux 80's.

Oh mais c'est un Edit alors, Familjen a ajouté en plus une partie vocale. Ok, mais jeunes suédois, eh prévenez les gens, tout le monde n'a pas à sa disposition un ami guatémaltèque. Je trouve que ça n'est pas une méthode, c'est une provocation. Qu'est-ce que vous voulez? Que je rentre à la maison?

Montt Mardié - Highschool Drama


Sans que personne ne crie gare, je me suis laissé prendre d'affection pour ce "Highscool Drama" de Montt Mardié. C'est un peu par hasard que je suis tombé sur ce clip, alors que je faisais l'inventaire des nouveaux arrivages en cochant sur le bon de commande par précaution. Et comme d'habitude, il y avait un soucis: je n'ai jamais commandé de Montt Mardié. Dans ce cas de figure deux solutions: la première étant le retour express à l'envoyeur en prenant bien le soin d'abîmer le produit, j'ai préféré opter pour la seconde à savoir tenter de l'écouler, prise de risque, anticipation, pari sur l'avenir. Ca ne s'explique pas, c'est comme un feeling, un truc en rapport avec la providence vous me suivez. En plus si "ça" pas commandé, alors "moi" pas payer. Hop bénéfice.

Loin de moi l'idée de faire l'apologie de ce suédois de Montt Mardié, dont je ne sais absolument rien. Ecoutez, j'ai vu ce clip douteux, en tant normal j'aurais sûrement zappé au bout de quelques secondes et bien mal m'en aurait pris. Parce qu'au final je passe à chaque fois un bon moment en regardant ce clip un rien gay, juste pour cette première scène dans le couloir, ou nan juste pour ces lunettes vissées, ou alors pour je sais pas le coup de fil, c'est un tout hein ça ne s'explique pas toujours. Et au fond il est vraiment bien ce morceau. Voilà c'est le clip détente en somme, un peu lol, oui je sais c'est la deuxième fois de la semaine, que voulez-vous je suis d'humeur printanière.

6.4.07

Dizzee Rascal - Sirens

On peut plus rapper tranquillement avec son petite frère entouré de cartons Technics tombé du camion, sans entendre une sirène venir. Amer constat pour notre pote Dizzee Rascal, quand la chasse à courre frappe à sa porte, sabot de cheval blanc en guise de sonnette et aristocrate anglais comme nouveau compagnon de jeu.
Dizzee se dit que c'est le moment d'opter pour l'option Esquimau Express, et courir vite car le glacier va pas attendre deux ans pour sortir son gros Miko. Il court dans tout East London, mais l'endroit n'est pas accueillant, le verre est coupant et les voisines cassantes. Peu importe, il court, il prend quand même le temps de se la jouer à la Seigneur des Anneaux, mais les chiens sont là, et y'a pas de rivière pour faire flipper les montures. Dizzee Gibier est cerné, il montre les muscles, les filles retroussent leurs babines et la sirène est à 20 cm.
Fin.


Pas mal, le retour du Rascal, plutôt en forme, mais l'important est dans cette fille qui aime le sang de fouine, ce regard… m'excite énormément. Si tu passes par chez nous, rejoins moi dans l'arrière boutique, caissier nous a préparé des abats et du sang, je te ferrai entendre la sirène venir.

Mendetz - Futuresex


Ce post est un évènement: pour la première fois de son histoire, après plus d'un an et demi d'activité, la Superette accueille un clip espagnol dans ses rayons.

Oh oui, vous pouvez bien vous amuser à fouiner dans les réserves: vous y trouverez plus de 450 vidéos, des produits anglais, canadiens, suédois, allemands, français; vous y trouverez des produits exotiques en provenance du Brésil, du Mexique ou du Japon, mais rien, rien qui ne soit fabriqué en Espagne.
Je trouve ça assez surprenant en fait. Certes ce pays est loin d'être le seul avec lequel la Superette ne fait pas de business, mais il me semble qu'il devrait être en tête de liste des rayons à développer quand on deviendra un supermarché. Car, et ça en France personne ne le sait (ou alors tout le monde s'en fout) (c'est pareil), L'Espagne héberge au moins trois bons quintaux d'artistes formidables, du crooner surdoué (Nacho Vegas) aux rockers vétérans (Los Planetas), en passant par les filles dangereuses (Nosoträsh) et les garçons sauvages (Atom Rhumba). D'ailleurs ça ne date pas d'hier: en leur temps, les regrettés Le Mans étaient simplement la meilleure réponse européenne aux Go-Betweens.
Et puis surtout l'Espagne est un territoire d'émulation musicale, se faisant chaque année le théatre de festivals d'été aux affiches belles comme des balles .

D'AILLEURS:
-du 31 mai au 2 juin se tiendra à Barcelone le sensationnel Primavera Sound. Vous y retrouverez des gens qu'on aime passionément, genre Hot Chip, Klaxons, Spank Rock, Slint, Sonic Youth, Jonathan Richman et j'en passe. Allez donc voir par vous même la programmation, c'est du haut niveau.
-du 13 au 14 juillet se tiendra à Madrid et à Barcelone l'épatant Summer Case. Vous y retrouverez des gens qu'on aime fougueusement, genre !!!, Arcade Fire, Chemical Brothers, The Jesus and Mary Chain, The Flaming Lips et j'en passe. Allez donc voir par vous même la programmation (qui n'est pas encore bouclée), c'est de la haute voltige .

Mais je m'égare. Mendetz donc, groupe local qui fut, l'an dernier, hype du Portugal jusqu'aux Pyrénées. Futuresex, leur tube, possède un son putassier à souhait, avec notamment une basse très en avant, dont le but affiché est de casser du bassin parmi les clubbers. Et ça marche. Mendetz est certainement plus efficace sur le dancefloor que (au hasard) LCD Soundsystem mais bon que voulez-vous, c'est un groupe espagnol, et puis l'Espagne c'est la paëlla, les carambas, Julio Iglesias et les filles aux cheveux bleus qui chantaient Bailando, enfin ça n'est pas très sérieux n'est ce pas? Voilà.

Le clip est une variation libre sur la scène de sexe dans Demolition Man.
A un moment, dans Demolition Man, Stallone frappe Wesley Snipes avec un téléviseur et lui dit "Eh, tu crèves l'écran!".

5.4.07

International Pony - Leaving Home


J'ai tellement de clips à poster, je ne sais pas comment je vais m'en sortir.
Parfois des semaines de pénurie, néant, rien, quedalle, nada, bézef, et soudain d'un coup d'un seul ça ne prévient pas. Des arrivages de partout, des commandes qui explosent, de nouveaux produits, du frais, du luxe, de la denrée rare.

C'est toute une organisation la gestion des stocks, si j'en mets trop dans les rayons je risque les pertes, si je n'en mets pas assez, le client se plaint, et comme à la superette plus qu'ailleurs le client a toujours raison, notre job se résume en une quête incessante du compromis. Le plus gros problème c'est le temps.

Voilà voilà, déjà 5 ou 6 lignes, je vais pouvoir terminer mon post tranquille.
Je ne suis pas seulement caissier, j'ai d'autres casquettes: tenez, celle du magasinier par exemple. Tout à fait, de mémoire je peux vous dire que International Pony, on en a déjà en rayon en fait, ça remonte au temps des captures. Et comme d'habitude avec eux, leurs clips se rangent dans le rayon "drôle", "marrant", "lol", en témoigne ce formidable WOOOOOOOOF vocodé qu'il vous appartient de découvrir en regardant ce très beau clip lol réalisé par Zoran Bihac. Ne le ratez pas.

Fanfarlo - You Are One Of The Few Outsiders Who Really Understands Us


J'ai lu qu'on comparait souvent Fanfarlo à Sufjan Stevens, et vue la longueur du titre de ce morceau je ne m'en étonne pas.
Voilà, j'aurais pas mal d'autres anecdotes ahurissantes à vous raconter sur ce jeune groupe pop briton, comme par exemple qu'on les a déjà qualifié "d'Arcade Fire de chambre" (tout jeune groupe a droit à sa comparaison formulée de façon débile, Fanfarlo a hérité du titre "d'Arcade Fire de chambre" comme il aurait pu tombé sur celui de "Sigur Ros en goguette" ou de "Grandaddy sous cellophane", tout celà n'est de toute façon pas sensée avoir un sens).
Mais ce ne serait pas très intéressant. La seule information à retenir sur fanfarlo, là, en avril 2007, c'est que David Bowie trouve ça bien. Gardez ça en tête et vous serez impeccablement équipés pour crâner devant vos petits copains quand, dans quelques mois, ils vous parleront de ce groupe. Tiens, lancez leur donc un laconique "Ah oui, Fanfralo. Je les ai découvert bien avant Bowie". Techniquement ce sera certes complètement faux, mais enfin l'essentiel c'est que vos petits copains comprendront la portée de ce que vous venez dire, surtout si vous prenez un air blasé.
Oh oui, un bel air blasé.

Le clip consiste en une course poursuite domestique entre deux automates. C'est de l'image par image et c'est (très bien) réalisé par Mark West, qui se fend pour l'occasion de quelques ingénieuses trouvailles et met joliment à profit différents objets du quotidien (avec une scène de fin basée sur une réaction en chaîne du meilleur goût).
Mark West c'est un Michel Gondry des bacs à sable.

BONUS
En lisant l'article du Times dans lequel Bowie évoquait Fanfarlo, je découvre la vidéo de Behave, de Charlotte Hatherlay. Si vous n'êtes pas allergique aux chanteuses américaines type Imogen Heap ou Tegan and Sara jetez-y un oeil à l'occasion, c'est une petite merveille d'animation futuriste au charme certain. Son réalisateur s'appelle Oscar Wright, et vous connaissez peut être déjà son frère Edgar (qu'il assiste à l'occasion) si vous avez prêté un minimum d'attention au générique de Shaun of the dead.
"Ah oui, Shaun of the head. J'ai découvert ça bien avant la terre entière."

4.4.07

Space Cowboy ft. Nadia Oh - Something 4 The Weekend


C'est une véritable idylle qui vit la superette avec Nadia Oh, idylle qui débutait en novembre 2006 sur un air de Egyptian Lover et qui avait été consacré par le choix du jury des lecteurs de la superette. En effet ces derniers récompensaient le clip (+ le morceau) de « My Egyptian Lover » à l'heure du bilan 2006.

Quelques mois se sont écoulés depuis, avec des hauts et des bas propre aux aléas de la vie, toujours est-il que notre Space Cowboy au regard mélancolique nous revient avec sa/notre protégée dans un nouveau clip au titre évocateur et plein d'optimisme: "Something 4 The Weekend".

Ô Nadia oh, tu n'as rien perdu de ta superbe, toujours cette thématique égyptienne, toujours ce déhanché non chalant, c'est le week end t'es toute seule à la maison à c'qui paraît et tu es contente, tu t'es habillée en conséquence et maintenant t'appelles tes copains.

Euh néanmoins pour le top 2007, je sais pas je le sens moyen cette fois...Mais au fond qui peut vraiment augurer de ce que nous réserve le jury des lecteurs. Va savoir, attendons décembre 2007.
Merci « boinboin ».

3.4.07

Shitdisco - OK


On ne nous la fait pas à la superette, on a bien compris que James Price est un réalisateur talentueux. Il faut dire que ce jeune réalisateur d'outre-manche nous a mis sur la piste grâce à ses clips pour Lost Penguins ("Pleasurewood Kills") et Simian Mobile Disco ("It's The Beat"). Alors sous son nom, on a ajouté un post-it avec la mention "à surveiller".

En fait un réalisateur talentueux selon les critères arbitraires de la superette, c'est un réalisateur qui a soit de bonnes idées, soit de gros moyens, soit une bonne équipe de post-prod, soit un autre truc mais qui m'échappe, je ne m'en souviens plus tant pis. Le top c'est tout à la fois: entrée-dessert-plat de résistance-trou normand-vin et café, vous l'avez deviné.
Bref les clips de James Price répondent à au moins un de ces critères, j'en veux pour preuve ce "OK".

L'idée est simple: faire un clip concept inspiré du pop up book, ou livre animé (je ne connais pas le terme exact en français). Les pop up books, ce sont ces livres en 3D, avec des languettes à tirer et à pousser pour mettre en mouvement des décors ou autres personnages. Imaginez le résultat en clip, nan plutôt regardez le résultat en clip, remarquable et magistral.

Shitdisco sorte leur album ce mois-ci Kingdom Of Fear, retrouvez-les sur leur myspace.

Alex Gaudino - Destination Calabria


Avoue le, tu as toujours voulu être un réalisateur de clips. Tu RSS la Superette, tu reload Colonel Blimp, et chez toi MTV est toujours allumé dans un coin, souvenir d'un été passé à réviser un concours sur fond de TRACE et autres découvertes des mérites comparées du Hip Hop et des fesses de Beyoncé.

Avoue le aussi : "Destination Calabria" est un plagiat de tous les clips que tu as inventé dans ta tête. Tous des fantasmes volés. Fesses rebondies, joues rondes, lèvres glossées, house de boîte décomplexée. Un peu plus de mascara sur cette fesse, retrousse un peu la jupe, et replace moi ce string à 0:45 secondes. Oui.

Mais Rani Creevy [ndls: le réalisateur du clip] réussit à faire de ton idée commune bien que bandante (Une armée de majorettes à tes ordres, prêtes à en découdre), un grand clip. Outre la perfection plastique (c'est un clip propre et bien éclairé après tout), il y introduit en effet une dose so british de distanciation et d'humour (regarde comment il ringardise les clips de Benny Benassi à 1:54), qui fait que tu peux montrer ce clip à ta copine, de toute façon elle a déjà vu la pochette de la mixtape d'Orgasmic sur ta table de nuit.
Si tu n'en as pas, invites des filles et passes Destination Calabria, ça devrait pouvoir aider.
Si tu n'en as toujours pas, recommence à fantasmer.

Thibaut.

Dada Ft Sandy Rivera & Trix - Lollipop


Nouvelle rubrique, nouveau rayon: l'invité de la superette. En quoi ça consiste? C'est très simple, tu es un lecteur de la superette, un clip récent te tient à coeur et tu t'exclames de ne pas le voir apparaître dans les rayons de ta superette préférée, alors tu prends contact avec caissier à cette adresse caissiercourrier@yahoo.fr, tu lui glisses le lien vers le clip en question et tu lui soumets ton post. Caissier dans sa grande mansuétude daignera sûrement valider la qualité de ton écriture et la pertinence de tes goûts, à condition qu'ils correspondent de près ou de loin à ceux de la superette.

C'est donc Thibaut, un lecteur assidu de la superette qui essuie les plâtres, son premier post est court de texte, on l'excuse pour cette fois. Thibaut c'est à toi, tu es notre invité.

Faisons simple :
Parker Lewis incestueux avec Yelle, planqués dans une meule de pailles MacDo, espionnés par Akroe. T'entends ? Dans l'expression "Revival fluo 80's", il y a toujours "80's", et finalement je me suis toujours méfié d'une époque où mes parents étaient jeunes. Non ?

Thibaut.