26.1.08

Marie-Flore - Empty Walls (+ ITW réalisateur)

En 2008 la superette a pris la résolution d'entretenir de meilleurs rapports avec les grossistes et les petits artisans. Aujourd'hui, nous vous présentons Gautier, réalisateur du premier clip de Marie-Flore. Nous lui avons posé quelques questions auxquelles il a eu la gentillesse de répondre. Dans le jargon on appelle ça une interview.

Tu évolues d'habitude comme assistant réalisateur, cette fois tu as franchis le pas. Raconte-nous comment cela s'est passé?
J'ai connu Marie Flore sur Myspace, j'adorais un de ses morceaux (Unusual spoon). Je lui ai alors proposé de faire un clip mais c'était un peu prématuré pour elle. Quelques mois plus tard, après avoir écouté "empty walls", je l'ai relancée et la période coïncidant avec la production de son Vinyl, on est tombé d'accord.
N'ayant pas de maison de disques, je lui ai proposé un scénario réalisable avec le budget estimatif de 0 euros... et elle m'a fait confiance! Un pote nous a prêté son appart', Virginie (Pichot) ma fidèle Chef Op ainsi qu'une amie maquilleuse nous ont suivis.
Ensuite, j'ai monté le clip moi-même et Marie Flore a validé quasiment dès le 1er montage.

Tu as intégré une TV dans ton clip c'est un grand classique, tout un symbole, cependant puisqu'on regarde davantage de clips sur un ordinateur, ne crois tu pas que ce dernier à plus sa place que cette TV devenue obsolète?
Je tenais à cet effet avec la TV, c'est un truc que je voulais faire depuis longtemps. Sinon, plus généralement, j'aime pas trop le hi-tech à l'image, il y a un côté trop inscrit dans une époque, trop daté, ça peut mal vieillir... une télé par contre, c'est plus ou moins atemporel. Pour la petite télé, elle se trouvait sur le décor et Marie Flore et Virginie ne m'ont pas laissé le choix: "oh, elle est trop mignonne..." Pas de grande symbolique dans tout ça!


La superette manque t elle de clips tristes?
Le monde manque de clips tristes! Personnellement, j’aime que les images évoquent une certaine nostalgie.

Ma petite soeur voudrait devenir réalisatrice de clip. Elle est en seconde, et hésite entre la filière scientifique et la filière économique et sociale. Que lui conseiller? Je voudrais le meilleur pour elle.
Je pense que la meilleure solution pour commencer, c'est d'être très bon pote avec un artiste ou un groupe et s'il est connu et que le morceau est bon, c’est encore mieux…
en tous cas, être assistant réalisateur n’est pas forcément la meilleure voie…

Quels sont tes clips favoris ces derniers temps et en général?
Spontanément, je pense au clip de Mike Mills pour Air « All I need », j’ai réalisé qu’un clip pouvait dévier de sa fonction initiale et être un petit objet cinématographique à part entière. Bien sûr, il y en a eu d’autres avant, mais celui-ci – et cela est lié aussi à la musique - m’a vraiment marqué.
Un de mes clips préférés ces dernières années, c'est "Black & white town" de The Doves, réalisé par Lynne Ramsay, qui vient du long-métrage.
L’année dernière, comme beaucoup de monde, j’ai bloqué sur « What a girl to do » de Bat for lashes (réal : Dougal Wilson), un des meilleurs clips de ces dernieres années.
Sinon, j’aime beaucoup le travail de Kinga Burza (mention speciale pour « Homecoming » The teenagers) qui justement a souvent cette petite touche de nostalgie qui me parle.
Globalement, je préfère de vraies images, une dimension photographique, je suis pas très sensible à l’animation et au graphisme mais je sais apprécier les trouvailles et les prouesses techniques comme par exemple le clip d’Andreas Nilsson pour Jenny Wilson « Let my shoes lead me forward » ou encore Patrick Daughters pour Feist et Liars…

Aucun commentaire: