28.2.08

The Teenagers - Love No

Si l'envie me prenait de caricaturer un post de la superette, genre "décalage/autodérision/tu-pousses-le-bouchon-un-peu-loin/je fais danser des vieux dans un clip, au ralenti sur de la musique de club, du jamais vu imagine", oui donc si cette envie me prenait j'opterais pour une intro comme suit:
Hier soir j'ai repensé à mon vélo de communion. On me l'a volé en 2001. C'est honteux. C'était ma gourmette à pédale. un d'mi-course avec 2 plateaux, 6 vitesses, hyper maniable, pas trop lourd. Il était bleu.


The Teenagers ne font pas dans la caricature, plutôt dans la dentelle, dans l'élastique american apparel qui claque sur la peau quand tu la tires. Ce sont bien 3 mecs français qui parlent l'anglais comme des français, qui ont surement séché la philo lorsqu'ils étaient en âge de le faire pour jouer de la guitare électrique en sirotant des bières.
Aujourd'hui on a le droit à un double remake, celui du soul train, celui de Sophie Marceau en patins dans la boom. On y ajoute de la glace parfum noir et blanc, et de grosses pelles puisque The Teenagers est le groupe piou, hibou, bisou, genoux, caillou, choux, galloche, palloche, pelle à tarte.

27.2.08

Bitchee Bitchee Ya Ya Ya - Fuck

Les vraies femmes portent des bas résilles, disparaissent au petit matin d'une nuit sauvage en claquant la porte et vous laissent de vagues souvenirs dont les détails fuyants vous évoquent une sex tape de Lindsay Lohan. Autant dire qu'à moins d'être un barbu à hoodie vous n'en croiserez pas souvent et que ce clip est un peu votre lot de consolation. Ceci dit, n'allez pas croire qu'il est plus facile pour un publicitaire poilu de retrouver l'objet du péché qu'à un chameau de, euh...



Bref, ce clip à gros budget lunettes noires est peut-être un hommage à celles de Sébastien Tellier, voire au floutage des vidéos pornographiques tournées à la chaîne dans les Balkans. Le titre du morceau est peut-être une indication. Ou pas. La chanteuse de Bitchee Bitchee Ya Ya Ya s'est peut-être fait doubler par un mannequin de 16 ans pour les scènes en petite tenue. Ou pas.

Ce clip est peut-être bien et me rappelle peut-être des exploits torrides. Ou pas.

26.2.08

The Count & Sinden ft. Kid Sister - Beeper

Qu'y a t-il de plus cool en 2008 que porter des pulls chamarrés et être pote avec les Naive New Beaters ? Probablement pas grand chose sinon travailler pour la Superette ou être Kid Sister. Cette dernière proposition vous donnant le droit d'exhaler une féminité 500 fois supérieure à celle de M.I.A., d'avoir débuté aux côtés d'A-Trak et de poser un flow impeccable sur la production la plus booty-call du moment, le choix est rapidement fait.

D'ailleurs vous l'avez remarqué, mes collègues ont aussi choisi, ils ont déserté les rangs pour essayer des robes vertes chez American Apparel. On raconte même que Caissier prend des cours de hip-hop en leggings et que Gonzo a offert à sa légendaire crinière un babyliss dernière génération pour y déposer négligemment un bonnet à paillettes. Tout cela à cause d'un clip, est-ce bien raisonnable ?

15.2.08

Kanye West - Flashing Lights

Je me demande parfois si les partisans de Sébastien Tellier aiment aussi Kanye West. Pour ce qui est de l'inverse la question ne se pose même pas : on peut exécrer cordialement les deux. Cela constitue une sorte de sport extrême social, que je pratique moi-même modestement, et qui nuit considérablement aux relations avec mon entourage. Mais force est d'avouer que les pièces à convictions s'accumulent contre les deux artistes.


Un quidam s'est avisé de signaler à Brain, dans un demi-orgasme à coup sûr, que le dernier clip de Monsieur Tellier était plein d'érudition. Nous avons donc appris dans la foulée qu'Arielle Dombasle au Crazy Horse ou L'évolution créatrice relevaient tous deux du même domaine de la pensée. Merci lecteur. L'heure est venue pour le dernier Kanye West de passer à la barre. On y retrouve encore beaucoup, beaucoup d'érudition, vous verrez : presque trois minutes de string sur un corps bombé, et la production américaine oblige, une grrrrrrrosse voiture. Le final illumine un tantinet ce Flashing Lights. La femme s'y fait vengeresse, arachnéenne, tarantinienne en somme. Malheureusement une référence, aussi subtile soit-elle, ne sauve pas un clip du naufrage. C'est d'autant plus regrettable que Kanye West a le mérite de savoir bien s'entourer, en témoignent la très belle photo et la fluidité du montage. Mais ne reste de cette vidéo qu'un goût de frustration et le sentiment d'un désagréable gâchis.

13.2.08

Late Of The Pier - Bears Are Coming

On le sait, le genre humain est composé de deux groupes de nature distincte:
Genre humain/2 = catégorie de ceux qui inventent + catégorie de ceux qui suivent.

La frontière entre ces deux groupes n'est pas infranchissable, chacun son heure de gloire. Surtout, il n'y a pas une catégorie moins noble qu'une autre. En effet nombres d'inventions se sont révélées être totalement nulles (par exemple la guerre ou les orties). Du coup pour corriger les imperfections de ces tristes inventions, les suiveurs d'hier deviennent les inventeurs d'aujourd'hui (les gauchistes pacifistes, frotter la piqûre d'ortie avec de la terre). C'est ça qui est beau.

Ces derniers jours, on a recensé plusieurs inventions:
- le clip qu'il faut regarder avec des lunettes 3D;
- le clip tourné dans un sexe féminin (guerre et orties);
- l'article sur le rap rigolo dans Le Monde avec une citation du clip de Fatal Bazooka feat Yelle - Parle à ma main.

Voilà.

Saam Farahmand, réalisateur de clip, a inventé un jour le clip des jeunes filles qui jouent ensemble pour finalement s'embrasser à la fin. Depuis, les suiveurs de la nu rave (invention!) font le piquet devant sa porte, priant le ciel pour qu'il daigne leur concocter un formidable clip avec de jolies filles qui s'embrasseraient finalement après avoir joué ensemble.

Au grand dam de ces jeunes pouces, Saam Farahmand n'a jamais refait le coup des bisous. C'est une évidence, il ne peut pas être à la fois inventeur d'un truc puis suiveur de sa propre invention. Sinon c'est le bordel. Alors il préfère laisser libre-cours à son imagination.


Dans le clip de "Bears Are Coming", Saam Farahmand réveille pour une veillée en forêt, les belettes, les putois, les blaireaux, les écureuils et d'autres animaux qu'il m'est impossible d'identifier. Cette faune est attirée par le vacarme provoqué par différentes catégories du genre humain confondant le 5ème élément, les 7 boules de cristal et la boîte de Pandore. Seulement point de femme dans cette boîte, juste des chamallows.

Late Of The Pier
, ce sont des anglais? Vraiment?

11.2.08

Missy Elliott - Ching-A-Ling/ Shake Your Pom Pom

Elle déconne quand même Missy Eliott. En France, les peoples oubliés renaissent dans la Ferme Célébrités. Aux Etats-Unis, alors que les teens de l'an 2008 achètent des posters de Barack Obama et de Jérôme Kerviel, il en faut bien plus pour se faire remarquer. Alors Missy a eu une idée : pour son grand retour, elle sortirait un clip en 3D.

Je croyais que la 3D, c'était réservé aux films avec des requins au Futuroscope. Visiblement pas. Ca peut aussi servir à justifier un clip sans originalité où des mecs et des meufs dansent ensemble au rythme syncopé du beat du DJ.




Chers lecteurs, je vous dois la vérité. Je suis trop paresseux pour finir ce post. En fait, j'ai rien à dire sur la 3D et puis merde, j'ai une vie personnelle à côté, j'ai pas que la Superette dans la vie. Et puis, je vous emmerde, tiens.

10.2.08

Lykke Li - Little Bit

Lykke Li est une suédoise de 21 ans, ça risque de durer un moment ses 21 ans. C'est toujours comme ça avec les bios.
Cependant il est à noter qu'elle a passé une bonne partie de son enfance tout en haut d'une montagne au Portugal. Je ne connais pas vraiment le Portugal. Ils ont des montagnes. Elle a voyagé beaucoup avec sa maman hippie, notamment en Inde.


Et pendant qu'elle grandissait avec sa cassette de Madonna, maman prenait des photos. Entre deux randonnées portugaises et au rythme des étés indiens, Lykke Li petite suédoise, s'est prise de passion pour la danse, les poèmes et la musique. On peut formuler l'hypothèse qu'elle n'aurait pas rechigné à jouer de la harpe. Elle aurait pu ainsi réciter ses poèmes, au milieu des plaines portugaises, à dos d'une vache sacrée, caressant les cordes de son instrument. Simple supputation.

Ce clip à huis clos de Lykke Li aurait pu aussi figurer dans les rayons de la superette il y a quelques mois déjà, mais caissière trouvait que c'était nul. Elle se trompait. Ca va c'est pas mal. Lykke Li fait montre de son talent pour la danse étourdie, pleine de spasmes. un clip étourdi, plein de spasmes. Et avec des fondus également.

Mattias Montero réalise ce "Little Bit". Je connais un jeune journaliste qui doit se dire "on s'en fout du réalisateur". EH BEIN NAN. On s'en fout pas. Mattias Montero a réalisé plusieurs clips disponibles dans les rayons de la superette. Citons par exemple le "The Girls" de Calvin Harris, ou l'édit de "Vodoo People" de Prodigy.

PLUS PRODUIT étourdi (et un peu hippie il faut bien le reconnaitre):
"I'm Good, I'm Gone" avec tous ses potes (Acoustic live version with guests: Robyn, Adam & Bebban (Shout Out Louds), Daniel (The Concretes), Lars (Laakso) and Mikael (Hjalmar). Director: Ted Malmros + Christian Haag)


Le premier Ep "Little Bit" de Lykke Li est sorti en Suède sur son propre label en septembre 2007. Et voici qu'elle sort un album Youth Novels, dont certains morceaux seraient produits par un des membres de Peter, Bjorn & John.

9.2.08

Tiny Masters Of Today - Hologram World

Ce post est dédié à Vincent pour son intervention au sujet des minettes de 16 ans qui découvrent le rock.

Malheureusement, certains n'attendent pas cet âge merveilleux où le hideux bourgeonnement de la puberté se mue en floraison et se piquent de former un groupe dès leur dixième année. Musicalement et euphémiquement bancals, les Tiny Masters of Today commettent en outre des clips irrémédiablement navrants à l'image de celui-ci dont je me refuse à accorder la maternité à Karen O. Il y a forcément méprise ou homonymie.


Dans cette vidéo, Karen et les minimoys s'attaquent au repas dominical sous un angle incroyablement audacieux, je vous laisse juger. Il y avait pourtant de si doux éloges à faire sur cette tradition injustement boudée par notre belle jeunesse ! Moi qui vous parle, jamais je n'aurais sacrifié ce moment d'apogée hebdomadaire où mon grand- père gaulliste tentait d'étoffer sa retraite en pillant ses gendres au tarot. C'était avant notre gouvernement providentiel, bientôt les vieux d'aujourd'hui n'auront plus à se battre pour survivre, les jeunes se morfondront et feront des clips tout pareils à celui-ci. C'est désolant.

Vampire Weekend - A-Punk

Au rythme où va la hype, on devrait avoir un revival 2004 en 2008. D'ailleurs au rythme où va la hype, vous ne lisez déjà plus la Superette. Pourtant, vous devriez car, grâce à une forfaiture dont nous avons le secret, nous venons d'être classé dans le top 50 des blogs "culture et plaisir" de 20 Minutes.

Je disais donc en 2008, il y aura un revival 2004. L'étendard de ce profond mouvement de société qui devrait durer cinq semaines est Vampire Weekend, un groupe de sympas étudiants de New-York.



Ces mecs ont entrepris de réveiller les fantômes de Franz Ferdinand en recrutant un mec pour jouer de la flûte traversière par-dessus. Du coup, on se croirait un peu dans les Shins ou sur la Blogothèque.

Après ce bref interlude destiné aux filles de 16 ans qui découvrent le rock et les blogs, revenons à une discussion usuelle.

(Ne négligeons pas le public des filles de 16 qui écoutent du rock. Souvent issues des beaux quartiers, elles disposent d'un budget habillement/coiffage/maquillage conséquent qui leur permet d'être globalement bonne. Moulé dans un éternel slim à l'adolescence, leur fessier résiste en général aux épreuves du temps. Les filles de 16 ans qui écoutent du rock, un bon pari sur le long terme, voir sur le moyen terme si ta meuf te largue inopinément)

Ce clip est ni bien, ni pas bien. Il est juste couçi-couça. Le clip en plan fixe est un exercice délicat et on a tendance à penser à la Superette que seuls des seins peuvent sauver ce genre de parti pris artistique. Pour voir des musiciens jouer de la musique, on peut se rendre à un concert. Moralité : ce clip est redondant.

Utah Saints - Something Good '08 (Van She Tech Remix)


En 1992 je ne dansais pas la running man sur Utah Saints. Nan je crois qu'on mangeait des feuilles de menthe en buvant de l'eau, dans une cabane. On célébrait alors le retour du "manger des feuilles de menthe en buvant de l'eau, dans une cabane". Eh salut que voulez-vous je suis un nerd, j'ai écouté Something Good il y a 3 jours. Vite la cabane, la menthe, les feuilles et les bisous.

Regardez les clips.

Utah Saints + pour aller vite = Running man dance faux

Superette + weekend = eh je veux Oui!

des clips familier!

Vous n'avez pas respecté la consigne!

7.2.08

Série lunaire part 4: Ghostland Observatory vs Clinic


-le clip live extrait d'un DVD. C'est un genre particulier, dérivatif du clip classique. Il a une valeur collector, et c'est un excellent outil de promotion. Attention, la production doit être d'une qualité irréprochable, c'est du dvd pas du youtube. Merde. ok.


A ne pas confondre avec le clip live. On peut l'appeler également clip diurne, en effet on discerne très clairement la thématique. D'ailleurs, pour mettre en valeur ce type de clip, on a l'habitude d'utiliser l'expression "très concrètement" chère à un leader français d'extrême-gauche. Quelques effets détonnant sont toutefois absolument les bienvenus: déguisements, éclairages sophistiqués, digressions.

Série lunaire part 3: Erykah Badu vs Sonlux


-le clip crise du disque : chiffre des ventes en baisse, licenciement, dépression, et dans le même temps nouvelle attirance pour l'objet culte qu'est le vinyle, c'est formidable. Citons wikipedia: « La croissance économique ne se fait pas de façon continue. Elle passe par des phases de croissance rapide et de croissance plus faible, voire de décroissance momentanée ou même de crise économique. »


-le clip mire: c'est celui qu'on découvre avant ou après une mire d'interruption des programmes. Rarement narratif, plutôt en rupture, évocateur, symbolique, profond, "transcendental", expérimental, technique et saltimbanque. L'image prend très souvent le pas sur la musique. Celle-ci est alors réduite à une simple fonction de support ou d'accompagnement. Astuce: le clip mire ne s'improvise pas. Bien distinguer mire clip et pire clip.
(myspace.com/sonlux)

Série lunaire part 2: Digitalism vs The Deathset

-le clip « face hunter » : Un clip narratif qui tourne autour des photos, comme sur un blog de photos.


Parfois c'est très bien. www.myspace.com/digitalism


Et parfois c'est moins bien.
www.myspace.com/thedeathset

Série lunaire part 1: Ghostface Killah vs The Dream vs The National


Il y a peu, j'ai lu sur un blog que la superette était "trop lunaire".
Je vais donc être plus terre à terre pour cette série de posts, en opérant une classification au couteau.

De quoi seront fait les clips de demain ?
Je n'en sais rien.
En revanche je peux vous indiquer de quoi sont fait les clips de ces derniers jours.


-le clip célébration: Une production propre, du bon petit taf à l'américaine, pas forcément original, on s'en fou, le but étant de célébrer à la fois le hip hop, les infirmières et le home cinéma. Dans ce cas précis, c'est assez heureux ce petit brin d'humour qui décloisonne le genre. Attention pour s'apprécier à sa juste valeur, il est primordial d'avoir souscrit à un FAI qui tient la route, le débit doit être régulier. www.myspace.com/ghostface


-le clip hip hop leggings: Très contemporain, l'accent est mis sur le contraste des couleurs et les petits pas de danse bien sentis. Mais il est toujours question de célébration, de détente tous ensemble. www.myspace.com/thedreamteam


-le clip « indie business class » : Une belle production, un goût prononcé pour le lyrisme, la mélancolie et la nostalgie. Un totem: le contemplatif. Contemplation de la femme, de ses yeux, ses cheveux, son corps, ses vêtements, son sourire, sa candeur. Idéal pour les voyages longs courriers, prend tous son sens en altitude. (vidéo non officielle) www.myspace.com/thenational

3.2.08

Shocking Pinks - Emily

Février s'annonce romantique. Février est un beau mois, celui de l'automne de l'hiver, l'automne à l'envers.


Shocking Pinks, néo-zélandais, labellisé DFA, se nomme aussi Nick Harte. Touche à tout, romantique, indie-cathédrale. La B.O de mon février du dimanche, peut-être.

J'aime assez ce clip. Passif. Il m'évoque une balade dominicale dans une galerie d'art contemporain, les mains dans le dos et la tête enfumée, mon regard se perd entre deux photos dans le sillage d'un jean slim. Si je suis à la maison c'est une galerie de photo flickr qui me raconte un épisode. Et si je suis à l'étranger je bois un café à Williamsburg. Quelque soit l'endroit, je me frotte les yeux, je ne suis pas réveillé et me force à veiller.

C'est le résultat de l'association de Ben Dickinson et de Ron Winter. Le premier nous fidellise avec des réalisations indées bien léchées, comme des synchros épurées. Le second est volontaire. On aime ça le volontariat à la superette. Entre animations (TV on The Radio - Wolf Like Me/ Spinto Band - Oh Mandy) et réalisations, ses productions sont étiquetées inventives, graphiques, exigeantes et typées.