30.4.08

Foals + Crystal Castles + Scarlett Johansson + Hole = Garçonnière

Quelques secondes auparavant, tout allait si vite. Jean-Baptiste, 19 ans, jeune adulte à boutons de barbe et à lunettes de graphiste, appareil photo en main, visite la superette et semble bien circonspect. En un click, le scroll se fige, les jpegs animées s'éteignent.

JB était tranquillement en train de télécharger le dernier remix de Mini-Housocute sur un mp3 blog de Los Angeles lorsqu'il suspend le transfert à la vue d' une request de notre part. Très vite grâce au chat de facebook une complicité s'installe entre lui et nous et il accepte que l'on se rencontre. Rendez-vous est pris dans sa garçonnière.

« Pierro est un ouf», nous explique Jean-Baptiste, dont la bande se compose de 4 garçons et deux filles. Sur son bureau, une canette de soda, un bol de riz et des coupures de presse relatant les manifestations lycéennes.
« Hélène ? c'est la copine de Pierre – Eva, une amie d'enfance ...L'autre soir en rentrant de soirée, on a trouvé un caddie sur le chemin, je vous passe les détails… » Une fin de nuit aux urgences et une gueule de bois le lendemain ? Impossible d'en savoir plus pour le moment, JB nous renvoie sans cesse à ses photos sur son myspace et sur son blog.

Aujourd'hui, les caddies sont derrière son écran, JB est donc invité à visiter la superette et c'est pour lui une première. Pour le convaincre nous lui indiquons que le dernier clip de Justice est en ligne. Seulement c'est une farce, à la manière de celles de Pierro-le-ouf sans doute. Que trouve-t-il en lieu et place des chouchous de la scène électro parisienne french touch ? Un clip des « ridicules » années 90 signé Hole, avec une chanteuse qui ressemble à s'y méprendre à Amandine de La Nouvelle Star. Cette vidéo poussiéreuse de l'âge d'une bouteille de vin de l'âge d'une vidéo poussiéreuse se déroule sur une estrade au milieu d'un bal de fin d'année à l'américaine: « C'est chan-mé les bals de fin d'année » reconnaît Jean-Baptiste du bout des lèvres.


Il poursuit sa navigation, tombe sur "Wow" de Kylie Minogue, il ajuste ses lunettes. De son point de vue "daftpunkocentriste" comme il dit, il y a quelques références qui « [le] font sourire » et elles ne lui ont pas échappées... "Bravo la vieille!" s'exclame-t-il.

Plus loin dans le même billet, il est question cette fois de Scarlett Johansson et de son clip raté si l'on en croit l'analyse de la superette, on peut lire à ce propos qu'enfin il est possible d'écouter du Tom Waits sans avoir à supporter la voix de Tom Waits et ça c'est plutôt cool. Jean-Baptiste s'en fout un peu de ces commentaires, mais il aime beaucoup Scarlett et rêverait de la « shooter » nous confie-t-il en réglant manuellement comme un orfèvre son bridge numérique.


Ensuite, entre deux envois de textos composés à la vitesse d'un virtuose du piano, il s'arrête un temps sur le clip de Crystal Castles ("Courtship Dating"), c'est un duo qu'il apprécie, louant leur attitude mystérieuse, il n'en reste pas moins « hyper déçu » que dans le clip on puisse distinguer leurs visages. JB les a vus en live à la Flèche d'or (ndlr:une salle de concert de la capitale) et cela avait une autre gueule que ce clip.


Enfin - et pour notre hôte c'est le pompon- il découvre le clip de Foals ("Red Socks Pugie"), « trop mal looké », voilà une groupe de rock qui cumule « tous les excès du genre à l'image de leur clip » nous détaille JB. Il confesse ne plus supporter ces groupes « autistes et pas hotest » et « hyper indigestes sur la longueur », il leur préfère sans conteste The Presets un groupe australien qui n'a rien à voir avec les Foals mais "dont on reparlera" assure-t-il, "je l'ai lu dans les inrocks".


Conclusion, le clip de « Stress » se fait attendre, la batterie de son i-phone est "down" et Jean-Baptiste a perdu son temps. Mais ça n'est pas grave, puisqu'en un click tout ira de nouveau si vite.

29.4.08

Mystery Jets - Two Doors Now

Avez-vous remarqué qu'on ne trouve plus aucune références aux années 80 nulle part ? Non ? C'est que vous êtes décidément peu observateur ou peu concerné, et que cette disparition vous touche approximativement autant que la possible non sélection de Robert Pirès à l'Euro.

C'est déplorable.

Cela dit, nous décidons de passer sous silence ce manque flagrant de conscience citoyenne dans la mesure où vous acceptez de rejoindre notre lobby pro
-années 80, les priorités de la Superette dépassant les clivages politiques, et ceci bien que tout le monde y soit social-démocrate. A cet effet, nous décidons de faire parvenir à tous nos lecteurs susceptibles de peser dans les débats législatifs un message codé dont les termes sont les suivants :


Les pétitionnaires voudront bien apposer nom et prénom dans le formulaire de commentaires prévu à cet effet. Merci à vous, vivat années80tus!

A part ça, Mystery Jets est un groupe attachant c’est une évidence. Ca se voit aux sourcils et aux épaules.

Animal Collective - Water Curses

Avez-vous remarqué qu'on ne trouve plus de kaléidoscope nulle part ? Non ? C'est que vous êtes décidément peu observateur ou peu concerné, et que cette disparition vous touche approximativement autant que la possible démission de Jacques Peyrat du conseil municipal de Nice.
C'est déplorable.
Cela dit, nous décidons de passer sous silence ce manque flagrant de conscience citoyenne dans la mesure où vous acceptez de rejoindre notre lobby pro-kaléidoscope, les priorités de la Superette dépassant les clivages politiques, et ceci bien que tout le monde y soit social-démocrate. A cet effet, nous décidons de faire parvenir à tous nos lecteurs susceptibles de peser dans les débats législatifs un message codé dont les termes sont les suivants :


Les pétitionnaires voudront bien apposer nom et prénom dans le formulaire de commentaires prévu à cet effet. Merci à vous, vivat kaleidoscopus!

28.4.08

Flairs - Better Than Prince

Et un post d'invité, un!...

Salut, je n'y connais rien mais j'ai bien remarqué que les clipeurs « Jonas et François » étaient des gens « à surveiller » - Justice, So Me, Kanye, Madonna, tout le tintouin, vous savez.

Je présente le clip de « Better than Prince » de Flairs, réalisé par « Jonas et François ». Cliquez au centre de l'image.


Que ce clip soit diffusé après celui de « 4 Minutes to Save the World » de Madonna, c'est comme découvrir Mickey la Souris après Pocahontas l'Indienne. Le point de départ d'un sacré imbroglio d'espace-temps. Mettons des loupes théoriques.

1. Pocahontas impose une limite à l'espace prétendument infini du Blanc tout en donnant une idée de l'infini véritable, celui du vent peinturluré. Madonna est dans le même schéma appliqué au temps : « Tick tock tick tock », dira-t-elle. Mais « Jonas et François » arrivent et le temps devient l'espace qui se mange tout seul comme dans l'Ecume des Jours.

2. C'est alors que Mickey la souris anthropomorphe intervient, flanqué de deux chiens. L'un d'eux, Dingo, est son ami, tandis que l'autre chien, Pluto, est son chien. Certes, le chien est le meilleur ami de l'homme mais on parle d'une souris. Disney crée un monde de possibilités bien plus ouf que les deux dimensions de la gentille squaw.

3. Eh bien pareil pour le clip de « Better than Prince ». « Jonas et François » font des clips apparemment OK pour les malentendants car les images illustrent les paroles. Dans le cas de Madonna, « il ne reste que quatre minutes » a suffi à bâtir un pitch et un procédé. Les paroles de Flairs étaient du pain béni pour les partisans de la facilité. Je fais ceci mieux que Prince. Je fais cela mieux que Prince. Je joue de la basse. Je suis un mec hyper-cool. Hop quatre images et c'était bouclé. Au lieu de cela, du dentifrice se répand d'une jambe de pantalon au n-ième moment où Flairs est censé mieux danser que Prince et soudain le sens prend son envol vers les contrées de Fantasia.

4. En creux, on voit la part de So Me dans les clips pour Justice et West, prolongée dans le catalogue DVNO : trips sur des visuels chanmés et des logos chanmax / exécution rigoureuse / pas là pour jouer au flipper de l'imaginaire.

Crame

17.4.08

Rim-K feat Sefyu - Parloir fantôme



Une nouvelle catégorie va surement se créer. Une sympatique révolution. Un tournant. Seul à l'emprunter. Je ne vais pas faire une recherche historique de la Superette, mais je tends à penser que le rap français n'a pas du être sur-représenté ici. Peut être un clip d'Omnikrom, TTC, Yelle. Certainement, certainement.

Mafia, G8, une rencontre au détour d'un parloir vide, d'haine à haute dose et d'eau fraîche, on parle toujours des mêmes choses d'façon. Princes de la cellule ville, la lettre, soldat avec matricule, porte-clefs à perpétuité, si si, leurs mamans sont des prostitués. Et je rêve de baiser l'infirmière. Ghostbusters et chasseurs comme Aelpéacha & MSJ.

Céline disait qu'une prison etait un endroit ô combien plus distingué qu'une foire. D'un côté, la souffrance, de l'autre la débauche. Un lieu propice. Ni barreaux, ni barrières, ni frontières.

16.4.08

Minitel Rose - Magic Powder VS Chemical Brothers - Let forever be

Quand on a peu de moyens, et qu'on veut réaliser un clip, il faut bien se résoudre à limiter les frais en général, et notamment les frais de figuration. Ainsi, multiplier l'image à l'infini, avec un exponentiel effets spéciaux, ça peut participer à remplir l'écran d'images.


Michel Gondry avait eu l'idée de feindre l'infini, avec moins d'effets spéciaux, plus de figurants, c'était sidérant.

Il a rempli ma tête d'images.


Mais bon, on ne va pas comparer hier et aujourd'hui, Chemical Brothers et Minitel Rose, Michel Gondry et Syrine Boulanouar & Pierre Edouard Joubert.

C'est seulement un clip qui m'a fait penser à un autre clip.

Bouroutchaga

15.4.08

Los Campesinos! - Death to Los Campesinos! VS Los Campesinos! - MyYear In Lists

C'est au sujet des listes-des tops-du temps qui passent, c'est à propos des groupes chorales de rock mixte qui jouent avec des instruments à vents.


ça va c'est bien.


En revanche en matière de clip, on assiste là clairement à un relâchement, l'année n'est pas terminée! On a pourtant tous les ingrédients pour réussir a minima un bon clip GRS, voire un clip gouter d'anniversaire ou fiançaille. Doit faire ses preuves en renouvelant le genre.

14.4.08

Free Blood - The Royal Family

Free Blood est un duo composé de John Pugh (ex-!!!) et Madeleine Davy (ex-???) (!). Côté actu, deux choses à leur actif:
-Ils viennent tout juste de sortir leur nouveau EP "Free Blood Pt 2";
-Ils sont sur la superette.

Dans leur top friends, ils ont placé MU en évidence, comme pour mieux se positionner au rayon "on est différent". Mais s'ils avaient opté pour un top friends faisant la part belle à des artistes comme... Air (au hasard) (qui fête les 10 ans de son premier album Moon Safari vendu à + de 2 millions d'exemplaires, nous vante la promo), ils se seraient davantage positionnés au rayon "on aime bien la musique française que les français n'aiment pas" (+M83 dans ce top hypothétique).


Le clip:
-Madeleine Davy longeant le mur d'une pièce papier peint évocateur (le palais royal) + 15 euros d'accessoires Bourbon + 20 euros d'accessoires en papier crépu + effets spéciaux gratos;
-John Pugh, tout seul et désespéré dans un paysage désertique, sans doute la campagne qui l'a vu grandir;
-bouquet final: ils dansent ensemble, Madeleine a changé de vêtement, ils sont très proches finalement. John pense présenter Madeleine à ses parents.

The Black Ghosts - I want nothing

Rappel de civilité à destination des commentateurs du dernier post :
* Critiquer un post, c'est bien. Critiquer un caissier, c'est vain. Le caissier préfère parfois poster que faire l'amour à sa copine, il vous donne son coeur et la moitié de son temps libre. Spik vous fait en outre partager son érudition, que demande le peuple?
* Telerama nous a fait l'honneur d'un entrefilet mais ne paye pas encore les croquettes du chien de Vincent. Dans ces conditions, la perspective de leur plaire à tout prix ne constitue pas une priorité pour ce blog.
* Notre Caissier bien-aimé est omnipotent et décide de qui vient poster. Même ta soeur s'il veut.

Merci de votre attention. A présent, le clip.


Avant ce réveil je connaissais vaguement les Black Ghosts. Du moins disons qu'à l'évocation de leur nom des échos me parvenaient à la façon du vent dans un coquillage sur la plage de Biarritz en été, le soleil brille et brûle mon nom sur ta peaaaaaaaau.

Puis le miracle du clip a opéré, ma foi s'est renouvelée ce matin et dans un torrent de larmes j'ai sacrifié un rat musqué sur l'autel voué au culte de Caissier. Aujourd'hui vous allez comprendre pourquoi l'orgasme s'appelle la petite mort. En l'occurrence, celle-ci siphonne des taupes guitaristes et des moutons de Panurge dans un improbable aspirateur. La faux a pris du plomb dans l'aile, le cours de l'acier est prohibitif depuis 2005, au moins vous savez ce qui vous attend, la prochaine fois vous vous méfierez de la femme de ménage.

Big Mike - Playa Playa


Big Mike, pour la jeunesse subissant de plein fouet la propagande des Amériques, c'est juste un gros blanc qui fait chier en gueulant sur des morceaux que parfois on aimerait écouter sans son imposante présence. C'est aussi cette nouvelle race de disc-jockey qui ne mixe même pas ces cassettes qui sont en fait des disques lasers. New Orleans, pour la jeunesse, c'est la ville de Lil Wayne, même plus de Cash Money ni de No Limit, non, et pour tous les autres, c'est la ville de Katrina.

Ce Big Mike part donc avec tellement de handicaps pour les jeunes des années 00 qu'il serait presque fastidieux pour moi de parler de son parcours, de sa ville de naissance (que j'ai évoquée plus haut), de son premier groupe avec Mr-32, de sa participation et de sa rapide éviction des Geto Boys et de sa courte chevauchée solo. Mais j'ai quand même envie de citer Notorious B.I.G, un autre gros : "I'm not from Houston, but I Rap-a-Lot". Rap-a-Lot, son label.

L'image du pimp dans les vidéos de rap de maintenant, pfffffffff. De la grosse merde. Aussi peu raffiné que les filles qui s'y trémoussent. Comme dans "P.I.M.P" de 50 Cent, par exemple. Le remix avec Snoop, celui qui n'est pas censuré, où on voit des loches gonflées comme l'intérieur des narines de Tex des Z'amours. Là, c'est bien différent. On ne voit pas un string qui dépasse, pas un vêtement fluo, pas d'asiatiques ni de blanchettes pour plaire à tout ce monde de merde qui prône la mixité. C'etait en 1994. C'etait bien. C'etait mieux.

12.4.08

11.4.08

Hot Chip - One Pure Thought


Il m'est techniquement impossible de voir ce "One Pure Thought" pour le moment, mais je suis persuadé qu'il est bien. Il doit sans doute être très coloré, assez subtil, référencé, avec quelques effets surprenants, un rien agaçant et ça ne m'étonnerait pas que l'on reste sur sa faim.

D'après ce que je lis à l'instant, le clip a été dirigé par des animateur et illustrateurs: Bevis Martin & Charlie Youle. J'ai bien l'impression qu'il s'agit de ceux-là même qui ont signé la pochette de l'album des Hot Chip.

Vous me raconterez.

9.4.08

M83 - Graveyard Girl

Vrai nouveau clip de M83 préfigurant la sortie de "Saturdays = Youth" (15 avril 2008).

A la réalisation, Mathew Frost, figure de proue des réalisateurs réalistes qui aime dépeindre dans ses clips avec moults détails le combat social au travers de la monographie.

Pour Alan Braxe and Friends - Rubicon, il appuyait là où ça fait mal: le permis de conduire.
Avec une intensité époustouflante, Mathew Frost nous plongeait dans l'atroce épreuve du permis de conduire, retranscrivant à l'image la tension que tout candidat ressent avant de se jeter dans la gueule du loup: "déconne pas chérie, si tu l'as c'est pour la vie" voire "si tu le rates ça va te couter bonbon de le repasser bébé " ou encore "mais si tu l'as, tu iras aux répèt en voiture et Mathilde va trop kiffer!".Combat social à fond.


"Graveyard girl" a perdu son chien récemment -Mathew Frost appuie là où ça fait mal- mais bon elle s'en fout un peu, elle est à la high school. Et si elle sait qu'elle est hyper prévisible, elle n'en demeure pas moins un peu mystérieuse, c'est le jeu. Elle a de quoi stresser en ce moment, la réponse de Princeton se fait attendre. Quant au Prince...

Usher Ft. Young Jeezy - Love In This Club

Alors l'histoire de ce clip, c'est celle de Raymond Usher qui décide un soir de weekend d'aller au Tryptique, parce que "ça fait grave longtemps". Une fois dans le club, il hallucine, déjà ça s'appelle plus le triptyque mais le Social Club, chelou, maintenant ya des néons, et ya plus les miroirs en face du bar. En attendant Raymond ne sait pas trop s'il doit mettre son petit cuir à la Justice au vestiaire, d'autant plus que ça caille un peu, vu qu'il est arrivé tôt et qu'il y a pas trop de monde.


Finalement, la soirée démarre, il se fait brancher vénère par une bombe, et il reçoit pleins de textos de ses potes lui indiquant qu'ils galèrent à l'entrée mais qu'ils vont bien finir par arriver. L'excitation monte, il va s'éclater comme un fou le Raymond, danser tout ça.

Il se rappelle d'ailleurs qu'avant son yeah de 2004, c'était pas évident de danser son R&B, dans un club, alors que maintenant tout le monde veut faire l'amour dans le club en soirée électro.

M83 - Lower Your Eyelids to Die With the Sun dans "Lakai Fully Flared"

Blablabla encore l'invité de la superette:


Où s'arrête le clip, où commence le film ? Entre les clippeurs qui passent au film, Gondry ou Barz Lhurmman en tête, et les réalisateurs passés par du clip (Nick Cassavetes), les mini-épopées (de Michael Jackson à Justin Timberlake), la frontière entre film et clip est de plus en plus ténue. L'esthétisation du cinéma ne date pas d'hier, et les séquences les plus mémorables sont souvent associées à des musiques qui tombent parfaitement, dans une symbiose plus concrète qu'il n'y paraît (Mort à Venise, Barry Lindon, la fin de Fight Club, et j'en passe).

Aujourd'hui j'ai voulu présenter une séquence, l'introduction du film de skate Fully Flared de la marque Lakai. Si le reste du film est un classique hachage de chevilles et défonçage de trottoir, l'intro est manifestement l'une des plus belles prise de vue de skate de l'histoire, avec un ralenti sublimant la pyrotechnie et cette lumière de fin d'après-midi chaude sur le skatepark ("All I need" de Air en version dynamitée), calquant magnifiquement la musique planante de M83. Presque 5 minutes parfaites d'adéquation entre musique et image, l'essence même d'un clip ?

THIBAUT T

Ghislain Poirier - Blazin feat. Face-T VS Omnikrom - Prends une photo avec moi

Blablabla l'invité de la superette:


En ces temps de découverte des cultures locales vivaces, telles les chtis ou encore les chinois pro-communistes, il est tout naturel de s'intéresser de plus près à l'imaginaire collectif de nos cousins québécois.

"Blazin" est un véritable Signatune montréalais (Signa-toune glacée ?). Remplaçons habilement le tunning par le hockey, les frites par des frites (mais à la poutine, avec de la sauce gravy), et paf, ça fait des chocapics habilement distribués par un Tekilatex en guest.

C'est le Montréal multiculturel de Ghislain Poirier qui rappe ici, bien loin du hockey de base des Dale Hawerchuck et de leur morceau éponyme clippé autour des protections qui sentent la sueur séchée. (ici en fait).


Chez Omnikrom on aime moins le hockey que myspace et facebook parce que ça permet de se faire prendre en photo avec des pouliches. On nous prévient donc que ce clip a été réalisé à l'aide de plus de 3500 photos, tout en stop motion. Et allez d'accord on est preneurs.

Le point commun à ces clips : les moustaches

THIBAUT T

6.4.08

Teenagers in Tokyo - Very Vampyr

C'est à n'y rien comprendre. On a bien saisi qu'à présent les groupes ne pouvaient plus se payer un batteur et un Mc Do sur un bord de route qu'en vendant du live. D'où la débâcle chez certains groupes français que nous ne nommerons pas car on ne frappe pas un homme à terre, et l'inflation des ventes de boîtes à rythme; mais tout ceci n'a presque aucun lien avec le clip des Teenagers in Tokyo. Sauf cette question du live qui m'obsède dans la mesure où le live comme son nom l'indique devrait être limité à une prestation éphémère et insaisissable, pleine de bruit et de fureur, de garçons à la mèche humide et de filles à l'œil brumeux , au maquillage embué.


Le clip en revanche se construit contre le live, tout contre, mi-outil promotionnel mi-objet artistique, mais qui se doit de témoigner d'une esthétique. Alors quand je vois se multiplier ces vidéos paresseuses de lives dans un coin de pièce même qu'on dirait une répèt' de dimanche après-midi avec maman qui apporte le goûter je dis non. Non monsieur ceci n'est pas un clip. Ton image volée aux films d'horreur italiens des 70ies, un peu floutée un peu saccadée un peu je me paye des machines à fumée ça ne prendra pas chez nous. Surtout après avoir vu ce que ton collègue avait fait pour le précédent clip. Pour le bon point "image des régions de France" tu reviendras dans un mois avec un scénario et un projet de montage.

5.4.08

Fat Joe - 300 Brolic (War) (Remix) (Feat. K.A.R.)


Tout est présent dans cette vidéo pour effrayer les lectrices de Glamour, quelques pauvres clochards ramassés par hasard pour se moquer, des images d'archives de guerre, du sang, des coups de machettes, des chars, du sang, des montages photos peu avantageux de 50 cent avec au choix un accordéon ou une tenue de gourgandine avec de longs cheveux noirs défrisés, du sang. Etant moi même abonné à Glamour, je n'ai jamais vu de propagande pour des produits de défrisage, produit défrisant et kit de défrisage pour cheveux frisés, crépus, dans leurs pages. Ceci est un tout autre problème, j'en conviens. L'essentiel est ailleurs. Et surement incompréhensible pour vous. La guerre dans le rap, ça existe depuis toujours, oh oui, en France aussi, dans la variété, on a eu nos moments de gloire avec Johnny vs Polnareff, pour une histoire de cheveux tiens. Comme quoi, tout se tient.

"We want War, we need War, we love War". Le refrain est quand même trop mignon.

Si vous voulez vraiment des petites infos sur le pourquoi de cette vidéo, et comment tout ça a commencé et surtout pourquoi Fat Joe n'aime pas 50 cent, pourquoi 50 cent traite Fat Joe de gros lard, pourquoi Fat Joe traite les membres de G-Unit de Gay unit, pourquoi l'album de 50 cent était super pourri, c'est que visiblement vous n'aimez pas le rap et que vous préférerez toujours aller voir Hocus Pocus en concert, parce qu'il y'a des vrais instruments et que c'est pas vraiment du rap.

So 90s: Massive Attack - Unfinished Sympathy VS The Verve - Bitter Sweet Symphony

Ce clip de "Unfinished Sympathy" 它仍然和总是巨大颤抖。最近我解释了对朋友, 叠句"这是一首好歌曲" 的好录影只最初地是并且选拔微型市场的合法的教条。


我想要发誓以视域相似录影音乐。"未完成的同情" 这是专题歌如此90s (1991), 入通认作为非常在它的时间期间文件的一非常无价的部份。已经以一个相似的片断, 90% 方式到达优秀攀登了。然后它是足够增加微妙并且清醒的把戏, 象... 象序列射击了溢出强度, 在一吸引人妇女摔打的盘被铺一条普通的街道, 冷漠的妇女在传球手的媒介。Baillie Walsh.

Pour réaliser le clip parfait: 1-il te faut un morceau qui finira sur une compile "anthology of blabla..." ok? et en 2-ça se passe dans la rue, il(s)/elle(s) marche(ent), cour(t)(ent). Bravo, ton clip est génial.


几年后, "苦涩甜交响乐" 夹子由先例未完成的同情主要启发了。收据, 均匀结果。

今天折圈, 我会看催促这个著名人和这名吸引人妇女以街道的角落的作梦音乐录像。

Madonna feat Justin Timberlake and Timbaland - 4 Minutes



L'idée? c'est 4 minutes pour sauver la planète que l'on chiffonne. A la réalisation, Jonas et François (D.A.N.C.E. - Justice), accessoirement lecteurs de la superette.

C'était sympa l'euphorie Timbaland, furtado, my love, tout ça. On passe à autre chose ou quoi?.

Minus The Bear - Throwin Shapes

Donc "René", c'est pas le pseudo vintage pour amuser la galerie, genre "gustave" ou je sais pas "gontran", que les choses soient bien claires. Si j'avais voulu être drôle j'aurais choisi "flipper le dauphin" ou "Jean Moustache".

René, c'est en hommage aux garagistes que j'ai pu croiser dans ma vie, j'ai connu quelques garagistes, ou concessionnaires, deux en fait, ils s'appelaient René. Y'avait le René qui faisait dans l'américaine neuve, l'autre dans la bagnole d'occaz. Les deux étaient très convaincants.

J'aurais aimé les voir pratiquer de la air vente de bagnole en un contre un, parce que finalement aujourd'hui je ne sais pas lequel est le plus fort.


Du un contre un, exactement comme dans ce clip très fameux, il y a des pivots de renversement, et le mec est le sosie de KS (un rédacteur de la superette).
En espérant vous convaincre.

3.4.08

Goldfrapp - Happiness


Je viens d'écrire bien de la daube, j'ai tout effacé. Je me demande si je ne vais pas m'en tenir à "Le clip avait grandi dans une atmosphère béate".

J'aimerais bien. Mais je dois préciser que ce clip de Goldfrapp (la relou avec ses clips sophistiqués et mal diffusés) (Happiness est pas trop mal comme morceau ça va j'aime bien on dirait un morceau de Feist chanté par Goldfrapp et arrangé par d'autres mecs que ceux qui arrangent les morceaux de Feist hein), ça va j'aime bien.

Il est réalisé par Dougal Wilson, voilà c'est surtout ça que je voulais préciser. Dougal Wilson... c'est qui déjà lui. Hop on tape dans google "superette+Dougal Wilson" et on obtient le résultat suivant: superette/2007/06/bat-for-lashes-whats-girl-to-do.html. Soit l'un des tous meilleurs clips de l'année écoulée. Effectivement, on y retrouve exactement les mêmes gimmicks, comme ce faux plan séquence bel et bien monté, et surtout des références aux BMX. Les kidz vont adorer. Les kidz adorent les références et les clins d'oeil. Si un jour tu veux faire plaisir à un kidz, glisse-lui une bonne vieille référence assortie d'un clin d'œil complice et d'un finger trick pivotant pouce et annulaire levés façon "on s'comprend toi et moi".

Alors le clip c'est un type super gai qui saute à pieds joints dans les rues de Londres, ce qui provoque une contagion de la gaité, bref une superbe ambiance générale, le tout sur une chanson pas vraiment triste et qui s'appelle happiness. Ah la fin, tout le monde frappe dans ses mains comme dans les célèbres fins de soirée du Social Club.

On signale au passage -et ce sans flagornerie déplacée- que la promenade en pogo dans la ville, on l'a déjà vue. C'était il y a tout juste un an, avec International Pony. Et ça valait sacrément le détour.

EDIT: Rex The Dog cooks dinner for Goldfrapp...


This is our remix for Goldfrapp's song 'Happiness'. Unfortunately for us, it didn't get approved, but we still really like this song so we did some cooking to celebrate. Happiness is a severed hand!

Hadouken! - Declaration of War

Pourquoi n'inviterions-nous les fidèles qu'une seule fois ? Pour Jean-Benoit, c'est l'heure à nouveau.

Le clip est sans conteste le meilleur indice de la tendance, beaucoup l’ignorent mais la Superette est peut-être la première base de donnés des séries modes de Jalouse. Certains artistes prennent d’ailleurs ce rôle très à cœur et s’efforcent de rester toujours à la pointe. Les membres d’Hadouken! sont à cet égard un peu fayots. S’ils frétillaient l'année dernière dans des visuels fluo, la crise des subprimes et la baisse du pouvoir d’achat semblent avoir calmé leurs ardeurs. Avec ce nouveau clip, ils ont même décidé d’expier leurs pires fautes de goût.



Après visionnage, on se dit qu’effectivement ils doivent en avoir gros sur la patatate… Projetés dans un univers que l’on qualifiera de «futuro-masochiste», les jeunes britanniques tentent bien maladroitement d’échapper à une faction de SM. Les forces de l’ordre, moulées dans des combinaisons en cuir très tendances pour l’hiver 08/09, restent manifestement insensibles aux harmonies un peu mièvres qui accompagnent la vidéo.

Vigueur juvénile ou insuffisances scénaristiques, reste que les coups de matraques ne parviennent à mater ces jeunes gens dont les activités séditieuses demeurent inexplicables. Le final, dont on sent qu’il DOIT être magistral, ne nous éclaire pas plus, malgré un impressionnant dispositif que nous ne dévoilerons pas pour ne pas gâcher votre plaisir, forcément intense.

Au final, on est un peu perplexe et on cherche une justification à tous ces efforts, un peu vains…